Sevrage des benzodiazépines, antidépresseurs et somnifères - Forum de soutien et d'entraide
Bienvenue sur le forum d'aide de SoutienBenzo.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Interview exclusive du rédacteur en chef d'Alternatif bien être

Aller en bas

Interview exclusive du rédacteur en chef d'Alternatif bien être

Message par admin therese le Sam 28 Juil 2018 - 8:40


Like a Star @ heaven Interview exclusive du rédacteur en chef d’Alternatif Bien-Être
Avec Rodolphe Bacquet et Sébastien Duparc

https://pro.sni-editions.com/p/1CLICK-ABF67/EABFU735/?2clic=EABFU735&ecn=06c07d3ad2a7dba5186f1a4f3b624bfd&iv=c456a40821ed5ee1&r=WEB&a=17&u=1&o=1&h=true


DANS CETTE VIDÉO VOUS DÉCOUVRIREZ :

Bactérie Mutante : la prochaine grippe espagnole mondiale

Lunettes de soleil : fausse protection et vrai danger Sucre : attention aux substituts !

www.santenatureinnovation.com
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 43237
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 74
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Adieu mon cher animal

Message par admin therese le Dim 19 Aoû 2018 - 9:49

https://www.santenatureinnovation.com/

https://www.santenatureinnovation.com/adieu-mon-cher-animal/
Surmonter la perte de son compagnon fidèle
Votre animal de compagnie est un des meilleurs « médicaments naturels » !

Il améliore le moral et diminue le risque d’anxiété et de dépression [1] ;
Il réduit le risque de surpoids et de diabète, en vous obligeant à faire de l’exercice physique pour le sortir ;

Les animaux domestiques diminuent le rythme cardiaque et régulent la tension artérielle chez les personnes âgées ;
Les enfants qui habitent avec au moins un animal de compagnie auraient 30% de risque en moins de souffrir d’infections respiratoires et d’autres infections telles que l’otite. Ils seraient moins assujettis aux traitements antibiotiques. [2]

Et il y a désormais les animaux « médecins » comme le chien renifleur de cancer [3], le lama qui détecte l’Alzheimer, [4] et les abeilles attirées par le diabète. [5]

Plus important que la santé : le bonheur
Mais le plus précieux effet de nos compagnons à quatre pattes, c’est de nous rendre heureux, tout simplement. [6]

Malgré tous ces bienfaits, les animaux de compagnie souffrent toujours d’un manque de reconnaissance dans notre société.

Le moment où cela est le plus visible est le décès.

Il est « interdit » d’être en deuil pour son animal !
Il y a des deuils qui donnent « droit » à la compassion et la sympathie : un parent, un conjoint, un frère ou une sœur, et plus encore un enfant.

Et il y a des deuils qui vous attirent les moqueries :

« Ah ah, elle est déprimée parce qu’elle a perdu son chienchien ! »

Rien n’est plus sinistre et cruel.

Les bons instituteurs le savaient bien : les enfants qui perdent leur animal domestique connaissent leur premier deuil profond. Cela doit être pris en compte car l’épreuve est en général longue et douloureuse.

Perdre un animal peut être pire qu’un autre deuil
Le chien, le chat, ou d’autres animaux moins courants comme le furet, le perroquet, le lapin, le cheval, n’ont pas le droit à des cérémonies, rarement à une sépulture.

Pourtant, ce n’est pas pour rien qu’on parle du « meilleur ami de l’homme ».

Le deuil d’un fidèle animal domestique est souvent pire que la perte d’un proche.

Le « proche », comme son nom l’indique, est seulement « proche ». Rarement une vie entière ne s’écoule sans conflits, amertume, déceptions, trahisons même.

De plus, nos « proches » ne sont souvent pas si proches que ça : ils ont leur vie à eux, vivent certaines choses de leur côté, il y a une part d’inconnu, une distance, et chaque moment du quotidien n’est pas forcément changé quand ils disparaissent.

L’animal domestique, c’est différent. La relation peut être exclusive, permanente, avec un dévouement sans limite.

Vous êtes tout pour votre animal, il est peut-être tout pour vous
Vous êtes, pour votre animal, l’alpha et l’oméga de sa vie. Il est tout à vous, il est toujours là, il ne vous quitte jamais. Il ne part pas au travail le matin, il ne s’absente pas.

Plus important encore : il ne vous juge pas, il vous soutient de façon inconditionnelle. Vous pouvez toujours compter sur lui.

Malheureusement la plupart des animaux ont un cycle de vie plus court que celui des hommes. Un chien ne vit que dix à treize ans. Un chat, 15 ans. Ce qui veut dire qu’au cours d’une vie, les amis des bêtes devront affronter plusieurs fois la mort de leurs compagnons.

Comment gérer cela au mieux ?

Aider les enfants qui perdent un animal
Roxanne Hawn, auteur de « Survivre au décès de votre ami chien », donne de bons conseils pour aider les enfants à traverser le deuil de leur animal. Il s’agit de créer une sorte de cérémonial qui permette de prendre acte du décès.

Chaque membre de la famille peut écrire sur des papiers de bons souvenirs au sujet de l’animal et les mettre dans une corbeille, à disposition de tous, sur la table du salon par exemple.

Chaque fois que quelqu’un se sent triste de ne plus le voir, il peut prendre un de ces papiers et relire l’histoire pour revivre, l’espace d’un instant, un souvenir heureux. Les petits enfants qui ne savent pas encore écrire peuvent faire un dessin.

Elle recommande aussi de permettre aux enfants de garder avec eux un souvenir de leur animal comme un collier ou un de ses jeux favoris, surtout dans les premiers jours qui suivent sa mort.

Les choses ne sont pas plus faciles pour les personnes âgées
Les choses ne sont pas plus faciles pour les personnes âgées, au contraire.

Selon la psychologue Lisa Frankel :

« Perdre un animal de compagnie est extrêmement difficile pour les personnes âgées. C’est pire qu’un deuil normal. En effet, les personnes âgées ont déjà subi de nombreuses disparitions : amis, famille, collègues, et la disparition progressive des liens sociaux autour d’eux, des contacts physiques, de l’espoir. » [7]

« Leur animal constitue pour elles une raison de vivre, une raison de sortir et de faire des rencontres, et c’est parfois leur seul compagnon. S’il meurt, elles perdent tout cela d’un coup. »

Pire, en cas de deuil, les personnes âgées peuvent éprouver un sentiment de honte et de culpabilité. Ce sentiment peut être lié aux circonstances de la mort (écrasé par une voiture dans un moment d’inattention, euthanasie). Il peut aussi être lié au fait qu’elles pensent qu’elles ne sont pas censées être tristes parce qu’il ne s’agit « que » d’un animal.

Pourtant, il est indispensable dans ces moments d’être indulgent avec soi-même.

Comprendre que c’est une perte très grave, et qu’il peut être nécessaire de rejoindre un groupe de soutien, ou d’être aidé par un psychologue. Lire des livres sur le deuil, comme si c’était une personne chère que l’on avait perdue.

Car personne ne peut juger si votre deuil est difficile ou non. Vous seul pouvez ressentir la douleur réelle que vous éprouvez, et donc l’aide dont vous avez besoin.

Faut-il adopter un autre animal ?
Vous ne retrouverez jamais un animal comme celui que vous avez perdu.

L’idée d’en adopter un autre peut vous sembler être un manque d’amour et de fidélité, mais ce n’est pas le cas.

Les animaux enrichissent votre vie, mais, de votre côté, vous enrichissez la leur.

Vous pouvez gagner énormément en vous autorisant à aimer un autre animal, et l’animal y gagnera énormément lui aussi.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 43237
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 74
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum