Sevrage des benzodiazépines, antidépresseurs et somnifères - Forum de soutien et d'entraide
Bienvenue sur le forum d'aide de SoutienBenzo.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Lettre à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Aller en bas

Lettre à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Message par corinne20072017 le Lun 9 Juil 2018 - 23:23

Re-bonjour à tous,

Voici la lettre envoyée cette année à la ministre de la Santé Agnès BUZYN (pour un accès plus facile que dans le fil de discussion consacré au 11 juillet - n'hésitez pas à la supprimer là-bas si nécessaire).

Un lien direct depuis le site de w-bad.org donnera accès à cette lettre.

Vous pouvez l'envoyer directement sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé : http://solidarites-sante.gouv.fr/ministere/article/ecrire-a-la-ministre

Vous pouvez signer comme ceci : Nom - prénom - en soutien à W-BAD.

Merci à tous !

Corinne



Paris, le 9 juillet 2018,

Madame la Ministre,

Je vous adresse ce courrier à l'occasion de la troisième journée mondiale de sensibilisation aux méfaits des benzodiazépines, en anglais : « W-BAD : World Benzodiazepine Awareness Day », qui a lieu le 11 juillet de chaque année. Cette journée a pour objectif d’attirer l’attention sur l’extrême gravité du problème de santé publique que représente la surprescription des benzodiazépines en France et à travers le monde.

Plusieurs dizaines de millions de personnes à travers le monde reçoivent une prescription chronique de benzodiazépines ou de somnifères, sans être avertis des risques encourus à court, moyen et long terme (risque de dépendance physique sévère, risque d'un syndrome de sevrage violent et invalidant, avec apparition de troubles neurologiques durables ou définitifs, et de souffrances d'une gravité exceptionnelle, risque d'invalidité définitive après l'arrêt du médicament, majoration très importante du risque de survenue de la maladie d'Alzheimer pour les victimes de prescriptions chroniques de benzodiazépines, etc.).

En France, ce sont plusieurs millions d'individus qui sont précipités dans une vie de souffrance chronique, et de complications à la fois physiques et psychiques, par des prescriptions initiées innocemment par des médecins ignorants des dangers de ce médicament, dont on sait pourtant, depuis les années 1980, qu'il est susceptible de causer des dégâts cérébraux durables ou définitifs.

Le syndrome de sevrage aux benzodiazépines (ou aux somnifères « Z-drugs ») peut être extrêmement sévère. L’intensité des symptômes est telle que de nombreux patients développent un syndrome de stress post-traumatique à l’occasion du sevrage. De nombreux patients décrivent leur expérience comme une torture physique et psychique.

Le syndrome de sevrage aux benzodiazépines est particulièrement problématique en raison de son extrême gravité potentielle, et de sa durée. En effet, l’arrêt des benzodiazépines a pour conséquence l’apparition, chez le patient, d’un nombre parfois effarant de symptômes, qui relèvent de domaines distincts (cognitifs, psychiques, cardiaques, sensoriels, musculaires, respiratoires, endocriniens, digestifs, etc.), tous régis par le cerveau. Cumulés, ils peuvent être la cause d'un handicap énorme et de souffrances considérables, durables, et parfois : définitives. Il faut savoir que la durée du syndrome de sevrage aux benzodiazépines dépasse largement celle de toutes les drogues illégales : il est aujourd’hui admis qu’une importante minorité de patients - 10 à 15% - aura à souffrir de symptômes prolongés, des années après l'arrêt, ou de manière définitive4. Ceci, pour un traitement médicamenteux “classique”, délivré sur prescription !

Pour cette proportion minoritaire, et néanmoins significative, de patients, le bénéfice / risque n’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire, en faveur du médicament ! Au niveau collectif, il en est de même : le coût socio- économique du problème et le coût pour le contribuable sont considérables (accidents de la route associés aux benzodiazépines, nombre de malades et d’invalides iatrogènes mis dans l’incapacité de contribuer, impact sur les dépenses de soin et d’hospitalisation, contribution à la multiplication des démences séniles et au coût de leur prise en charge, familles brisées, incivilités, agressions, suicides, actes délictuels et criminels provoqués par les benzodiazépines).

Il est temps d'ouvrir cette terrible boîte de Pandore, et cette responsabilité vous appartient, Madame la Ministre !

Il faudra être attentif, ce faisant, à ne pas remplacer une catastrophe par une autre : l'encadrement strict de la prescription des benzodiazépines ne devra pas conduire à une augmentation de la prescription des antidépresseurs, des neuroleptiques de nouvelle génération, ou d'autres psychotropes (si souvent prescrits à mauvais escient, et qui génèrent des souffrances considérables). Ce serait tomber de Charybde en Scylla.

Il faut ajouter, enfin, que cette catastrophe sanitaire est d'autant plus regrettable que les benzodiazépines ne sont plus efficaces dans le traitement de l'anxiété ou de l'insomnie après quelques semaines de prise, le patient développant rapidement une tolérance à leurs effets anxiolytiques et hypnotiques en cas de prises répétées. Malgré cela, si le patient s'avise d'arrêter son traitement, il devra la plupart du temps faire face à des symptômes de sevrage violents. Il faut bien comprendre que ces symptômes, parmi lesquels on rencontre souvent un rebond d’anxiété, ou d’insomnie (à des niveaux souvent beaucoup plus importants que ceux qui ont motivé la prescription) ne sont pas le retour de la maladie initiale, contre laquelle la benzodiazépine serait efficace ; il s’agit désormais de la manifestation du syndrome de sevrage – et de l’incapacité du cerveau à fonctionner normalement sans benzodiazépines.

Pour certains, cette incapacité est transitoire. Pour d’autres, elle sera permanente !

W-BAD a pour mission d’accompagner la prise de conscience, la révélation et la résolution progressive de ce scandale sanitaire, qui affecte aujourd’hui la vie et la santé de plusieurs millions de personnes. Nous espérons que vous serez sensible à son message.

En espérant vous lire prochainement, je vous prie de bien vouloir agréer, Madame la Ministre, l'expression de ma haute considération,

Corinne SOLLIEC
Pour W-BAD en France

Ressources vidéo :

. The Benzodiazepine Medical Disaster, Shane Kenny, film documentaire :

https://www.youtube.com/watch?v=xchp6FFn1sc

. World Benzodiazepine Awareness Day 2016 : témoignages des victimes à travers le monde (trois vidéos) :

Vidéo 1 : https://www.youtube.com/watch?v=ZN7Ck4yzl4g&t=93s

Vidéo 2 : https://www.youtube.com/watch?v=y1FrgpK7qUI&t=367s

Vidéo 3 : https://www.youtube.com/watch?v=XXSx1ggH4W8&t=695s
avatar
corinne20072017

Messages : 66
Date d'inscription : 29/05/2017
Age : 41
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Message par Memphistopimpf le Jeu 12 Juil 2018 - 16:02

Rien a redire, lettre parfaite dans le sens, et je l'espère ne sera pas ignoré par méconnaissance, ou "je m'en foutisme", comme d'habitude.
avatar
Memphistopimpf

Messages : 489
Date d'inscription : 09/12/2015
Age : 44
Localisation : soulac sur mer

http://www.cgscore.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Message par corinne20072017 le Sam 14 Juil 2018 - 18:44

Merci beaucoup, Memphistopimpf !

On va s'assurer qu'elle ne sera pas ignorée en continuant le combat !

Plusieurs actions possibles dès aujourd'hui :

- signer la pétition, et faire circuler au maximum !
https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-la-sant%C3%A9-alerte-sur-un-scandale-sanitaire-les-benzodiazepines-et-leur-prescription-incontrolee?recruiter=46768841&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition

Pour que nous puissions la remettre en main propre à Agnès BUZYN, au plus tôt !

- visionner la vidéo de notre dernière journée d'action et préparer vos énergies pour le 11 juillet 2019 :
https://www.youtube.com/watch?v=qsTqkr4qZI4&feature=youtu.be

Que 2019 soit l'année du grand rassemblement.

Plus nous serons nombreux à nous rassembler, plus on nous prendra au sérieux.

Pour qu'un vrai tournant soit amorcé dans les pratiques de prescription : ça ne viendra que d'en haut ! Une réglementation très stricte et des changements structurels s'imposent...
avatar
corinne20072017

Messages : 66
Date d'inscription : 29/05/2017
Age : 41
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Message par jasione le Dim 15 Juil 2018 - 6:10

Bonjour Corinne!!

Comment vas-tu après cette journée ?

J'essaie de faire mon maximum pour la pétition. Je me creuse les méninges, je suis certaine qu'elle peut prendre de l'ampleur!!
Si chacun ici réfléchissait aux associations et cie auxquelles la transmettre, ça pourrait faire boule de neige... Bon, d'accord, l'image n'est pas de saison mais le coeur, lui, toujours!!

Gros bisous à toi

Christine

jasione

Messages : 625
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 61
Localisation : Pertuis 84

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Message par corinne20072017 le Dim 15 Juil 2018 - 8:12

Bonjour Christine,

Merci beaucoup pour ton message ! Oui, je suis également convaincue que cette pétition peut prendre de l'ampleur et finir par être un facteur de changement.

C'est ma sœur Elodie qui m'a donné l'idée de mettre une pétition sur CHANGE.ORG !

Pour répondre à ta question, je n'ai pas d'aggravation post 11 juillet, contrairement aux autres années, car j'ai fait l'effort de ne rester que 3/4 d'heure. J'avais envie de rester plus mais le souvenir des aggravations cuisantes de 2016 et 2017 m'a conduite à être raisonnable. (Tu peux me féliciter ! Very Happy Car ce n'est pas mon genre d'être raisonnable avec mes dépenses d'énergie !!!).

Mais moralement c'est difficile à supporter et à vivre pour moi cette journée… Ca peut sembler très contradictoire avec tout l'enthousiasme que je manifeste pour elle… mais ça peut se comprendre… disons que ça remue en profondeur, avec des sentiments mêlés…

l'impression d'avoir pu faire quelque chose
la lucidité de savoir que c'est si peu

au niveau personnel, lutter par ce biais contre ce sentiment terrible d'impuissance (l'impuissance d'être si malade…)
et une fois que la journée est passée, l'impuissance associée au fait d'être si malade demeure...

!!!

Mais j'ai une autre corde à mon arc qui est celle-ci : même non guérie je peux et veux me rendre heureuse.

Donc c'est cet angle-là que je vais travailler maintenant.

Exit l'impuissance, retour à : travailler les pistes internes pour vivre heureuse malgré tout.

Et toi ma Christine ?
avatar
corinne20072017

Messages : 66
Date d'inscription : 29/05/2017
Age : 41
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Message par jasione le Dim 15 Juil 2018 - 18:01

Oui, je te félicite, petit colibri!!

Quel chemin pour apprendre à doser.... Un chemin de réconciliation avec nous-mêmes, je crois.

Ne pas se laisser prendre au jeu de cette énergie qui, sur le moment, est séduisante, enivrante... et nous vaut des lendemains de tête à tête avec nous-mêmes plutôt éprouvants.
C'est un peu le choix que j'ai fait en ne venant pas, alors que je me serais voulue capable de le faire. J'ai fait le choix d'accepter la réalité et à partir de là, tout est possible aussi.
Les limites m'obligent à être créative!! Et "ta" pétition à me remettre en relation, différemment.

Oh oui que tu peux être heureuse!!
C'est un état d'esprit que de choisir le bonheur, de choisir la joie et l'émerveillement.
Encore que parfois, ces derniers temps, j'ai le sentiment que c'est la vie, la joie, qui me choisit... L'impuissance fait que j'arrête de me battre et du coup je laisse place à autre chose.
Même la souffrance, l'impuissance, peuvent devenir ouverture.
J'en fait l'apprentissage. Comme quoi il n'est jamais trop tard!
Accepter de ne pas guérir. Peut-être que la véritable guérison est là.

Ne dis pas que tu fais "si peu". Toutes les comparaisons sont odieuses.
Et ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. Il y a dessous toutes les personnes qui te suivent, pour lesquelles tu es une éclaireuse.
La graine est semée, tu l'as semée et tu peux en être fière!!

Je t'embrasse

Christine




jasione

Messages : 625
Date d'inscription : 26/09/2016
Age : 61
Localisation : Pertuis 84

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Message par corinne20072017 le Dim 15 Juil 2018 - 18:59

Coucou Christine,

Merci infiniment pour ce message magnifique ! Je suis heureuse de ta sagesse et de tout ce qu'elle t'apporte.

Accepter de ne pas guérir. Peut-être que la véritable guérison est là.


C'est prodigieusement beau, et vrai, ce que tu écris.

C'est donc moi qui vais mettre mes pas dans les tiens et accepter les limites, l'impuissance, etc. pour laisser cette joie me (re)trouver.

Je pense me replier un petit peu pendant quelque temps, mais je crois que tu as mes coordonnées perso si besoin.

Un grand merci pour ces échanges si riches.
avatar
corinne20072017

Messages : 66
Date d'inscription : 29/05/2017
Age : 41
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum