Sevrage des benzodiazépines, antidépresseurs et somnifères - Forum de soutien et d'entraide
Bienvenue sur le forum d'aide de SoutienBenzo.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Guide Pour Décrocher Des Médicaments Psychotropes En Réduisant Les Effets Nocifs et médecine orthomoléculaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Guide Pour Décrocher Des Médicaments Psychotropes En Réduisant Les Effets Nocifs et médecine orthomoléculaire

Message par admin therese le Ven 25 Déc 2015 - 10:50

Guide Pour Décrocher Des
Médicaments Psychotropes
En Réduisant Les Effets Nocifs

http://www.willhall.net/files/ComingOffPsychDrugsHarmReductGuide-French.pdf

Quelles sont les alternatives à l’utilisation des
médicaments psychotropes?  voir page 42


https://icarus.poivron.org/guide-pour-decrocher-des-medicaments-psychotropes/


http://soutienbenzo.forumgratuit.org/t1769-nutrition-alimentation-alternatives-aux-medicaments-psychotropes-et-medecine-orthomoleculaire#149050


Dernière édition par admin therese le Mer 19 Oct 2016 - 13:16, édité 4 fois

_________________
Thérèse

Mode d'emploi du forum
Quoi de neuf aujourd'hui?
MANUEL des aides au sevrage - guide phytothérapie - plantes adaptogènes - le sevrage naturel- utiliser les plantes en synergie - cortisol - mélatonine- vit.B- oméga3- orotates - oligoéléments- médicaments qui pompent
Le manuel de sevrage / Le suivi / Les erreurs / Coup de gueule
PROTOCOLE de SEVRAGE * REGLES de sevrage * % et paliers - un OUBLI de sa dose
Sevrage des antidépresseurs

http://soutienbenzo.forumgratuit.org/t1776-atelier-plan-de-sevrage-ou-conseils-pratiques#171743
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 35322
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guide Pour Décrocher Des Médicaments Psychotropes En Réduisant Les Effets Nocifs et médecine orthomoléculaire

Message par admin therese le Ven 25 Déc 2015 - 10:57

Pour les inscrits sur le forum , taper : psychotropes

http://soutienbenzo.forumgratuit.org/search?search_keywords=psychotropes

_________________
Thérèse

Mode d'emploi du forum
Quoi de neuf aujourd'hui?
MANUEL des aides au sevrage - guide phytothérapie - plantes adaptogènes - le sevrage naturel- utiliser les plantes en synergie - cortisol - mélatonine- vit.B- oméga3- orotates - oligoéléments- médicaments qui pompent
Le manuel de sevrage / Le suivi / Les erreurs / Coup de gueule
PROTOCOLE de SEVRAGE * REGLES de sevrage * % et paliers - un OUBLI de sa dose
Sevrage des antidépresseurs

http://soutienbenzo.forumgratuit.org/t1776-atelier-plan-de-sevrage-ou-conseils-pratiques#171743
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 35322
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

neuroleptiques

Message par admin therese le Ven 25 Déc 2015 - 11:06


_________________
Thérèse

Mode d'emploi du forum
Quoi de neuf aujourd'hui?
MANUEL des aides au sevrage - guide phytothérapie - plantes adaptogènes - le sevrage naturel- utiliser les plantes en synergie - cortisol - mélatonine- vit.B- oméga3- orotates - oligoéléments- médicaments qui pompent
Le manuel de sevrage / Le suivi / Les erreurs / Coup de gueule
PROTOCOLE de SEVRAGE * REGLES de sevrage * % et paliers - un OUBLI de sa dose
Sevrage des antidépresseurs

http://soutienbenzo.forumgratuit.org/t1776-atelier-plan-de-sevrage-ou-conseils-pratiques#171743
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 35322
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Message par Fanny16 le Ven 25 Déc 2015 - 13:11

Coucou Thérèse , je viens de lire tout le lien , c'est très intéressant , mais il ne parle pas d'aliments draineurs . Au contraire il dit de manger bcp de fruits et légumes . Et j'ai un ami en Belgique qui a fait une désintoxication aux benzodiazepines en milieu hospitalier et il me racontait qu'on leur faisait boire beaucoup de jus d'orange pressée !! Au moins 1 litre par jour et bcp de marche ..
Merci pour ce lien .
Je t'embrasse
Fanny
avatar
Fanny16

Messages : 2109
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : Hérault

Revenir en haut Aller en bas

Message par Fanny16 le Ven 25 Déc 2015 - 13:31

Ah oui !! Il dit aussi de boire de l'eau fraîche , pourquoi fraîche ?
Merci mam's si tu sais me répondre .
Bisous
Fanny
avatar
Fanny16

Messages : 2109
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : Hérault

Revenir en haut Aller en bas

Message par admin therese le Sam 26 Déc 2015 - 8:07

Fanny16 a écrit:Coucou Thérèse , je viens de lire tout le lien , c'est très intéressant , mais il ne parle pas d'aliments draineurs . Au contraire il dit de manger bcp de fruits et légumes . Et j'ai un ami en Belgique qui a fait une désintoxication aux benzodiazepines en milieu hospitalier et il me racontait qu'on leur faisait boire beaucoup de jus d'orange pressée !! Au moins 1 litre par jour et bcp de marche ..
Merci pour ce lien .
Je t'embrasse
Fanny


Tout le monde n'est pas sensibilisé aux pbs du drainage avec les bzd ..


Dernière édition par admin therese le Dim 27 Déc 2015 - 9:42, édité 1 fois

_________________
Thérèse

Mode d'emploi du forum
Quoi de neuf aujourd'hui?
MANUEL des aides au sevrage - guide phytothérapie - plantes adaptogènes - le sevrage naturel- utiliser les plantes en synergie - cortisol - mélatonine- vit.B- oméga3- orotates - oligoéléments- médicaments qui pompent
Le manuel de sevrage / Le suivi / Les erreurs / Coup de gueule
PROTOCOLE de SEVRAGE * REGLES de sevrage * % et paliers - un OUBLI de sa dose
Sevrage des antidépresseurs

http://soutienbenzo.forumgratuit.org/t1776-atelier-plan-de-sevrage-ou-conseils-pratiques#171743
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 35322
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Message par Fanny16 le Sam 26 Déc 2015 - 9:27

Bonjour Thérèse , j'espère que tu as passé de bonnes fêtes .
Merci beaucoup pour ta réponse Je ne comprenais pas .
Je t'embrasse , bonne journée .
Fanny
avatar
Fanny16

Messages : 2109
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : Hérault

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guide Pour Décrocher Des Médicaments Psychotropes En Réduisant Les Effets Nocifs et médecine orthomoléculaire

Message par admin therese le Mer 28 Sep 2016 - 9:20

Extraits du guide :

Like a Star @ heaven Quelles sont les alternatives à l’utilisation des médicaments psychotropes ?

• Les relations amicales – avec des personnes qui croient en votre capacité de renforcer votre autonomie – peuvent être cruciales. Idéalement il s’agirait de personnes qui vous ont déjà vu dans tes “mauvais jours”, avec qui vous pouvez être honnête, qui sont là pour vous quand vous avez des problèmes, et qui sont préparés aux difficultés qui peuvent résulter du sevrage. En même temps, ce doit être des ami(e)s qui connaissent les limites de ce qu’ils peuvent offrir et qui savent dire “non” pour éviter l’épuisement.

• Envisagez d’arrêter les drogues récréatives et l’alcool. Certaines personnes sont beaucoup plus sensibles que d’autres, ainsi ce qui affecte tes ami(e)s à un certain degré, pourrait vous affecter plus fortement. S’abstenir de consommer des drogues et de l’alcool peut améliorer la santé mentale, et chez certaines personnes, même les drogues douces comme la caféine peuvent nuire à la santé, à la stabilité et au sommeil.

Le sucre (y compris les jus de fruits sucrés) et le chocolat peuvent aussi affecter l’humeur, et certaines personnes ont des réactions à des niveaux de sucre ou de caféine dans le sang qui peuvent être confondues avec une psychose. Il faut être prudent avec la marijuana : chez certains elle peut amoindrir les symptômes de sevrage, alors que chez d’autres elle peut contribuer à une dépression ou à une crise psychotique.

• Reposez-vous. Trouvez les moyens de t’assurer de saines habitudes de sommeil. Les ordonnances, par exemple pour de la benzodiazépine à court terme, peuvent être un bon appui, mais commencez d’abord avec de l’exercice, des herbes comme la valériane (utilisation occasionnelle) et la scutellaire, de l’homéopathie, ou des suppléments comme la mélatonine, le calcium, et le magnésium.

• Si vous souffrez de troubles du sommeil, abordez chaque facteur de stress ou conflit qui pourraient y contribuer, et envisagez d’éliminer la caféine, comme celle contenue dans le café et les sodas. Même si vous faites assez d’heures de sommeil, s’endormir avant 23 h est plus reposant. Prenez un temps de détente avant de vous coucher, sans ordinateurs ni stimulations. Faites de courtes siestes qui n’interfèrent pas avec votre cycle de sommeil, et si vous n’arrivez pas à dormir du tout, se reposer tranquillement éveillé(e) est toujours bénéfique.

• Attendez que ça passe. Parfois le temps est de votre côté, en particulier pendant le sevrage, et votre processus de guérison naturelle a besoin de patience.

• La nutrition peut jouer un rôle énorme dans la stabilité mentale et la santé globale. Découvrez quels sont les aliment auxquels vous pourriez être allergique, comme le gluten, la caféine, et le lait. Envisagez de prendre des compléments que de nombreuses personnes utilisent pour nourrir le cerveau et aider la guérison du corps, comme la vitamine C, l’huile de poisson, les acides gras essentiels, les vitamines D et B, les acides aminés (tels que le GABA, le 5-HTP, la tyrosine, et la théanine), et des pro-biotiques pour restaurer la santé digestive.

• Mangez beaucoup de légumes, de protéines, de fruit frais, et des bonnes graisses saturées, et méfiez-vous de la junk food (il faut essayer de remplacer les aliments qui vous font envie par des alternatives plus saines). Soyez prudent avec le régime végétarien ou végétalien – ils peuvent aider, comme ils peuvent provoquer un affaiblissement et des carences. Certaines personnes sont affectées par les édulcorants artificiels, les conservateurs, et d’autres produits chimiques présents dans les préparations alimentaires. Vérifiez l’index glycémique des aliments si votre taux de glycémie est instable. Si vous prenez des herbes ou des médicaments pour une maladie physique, consultez un herboriste au sujet des interactions avec les compléments, surtout si vous êtes enceinte ou que vous allaitez.

• Faire de l’exercice, comme de la marche, des étirements, du sport, de la natation, ou du cyclisme peut réduire de façon spectaculaire l’anxiété et le stress. L’exercice aide également le corps à se désintoxiquer. Pour certaines personnes, la méditation est aussi très utile contre le stress.

• Buvez beaucoup d’eau fraîche (sans rien ajouter) tout au long de la journée : l’eau est essentielle pour permettre au corps de se désintoxiquer. Chaque verre de boisson alcoolisée, café, thé noir, ou de boissons rafraîchissantes, vous déshydrate, et nécessite d’être remplacé par une quantité égale d’eau. Si votre eau courante n’est pas de bonne qualité, envisage d’utiliser un filtre. Si vous avez trop chaud, que vous transpirez, ou que vous vous déshydratez, assurez-vous de reconstituer vos ressources en sodium, sucre, et électrolytes de potassium.

• L’exposition aux produits chimiques et aux toxines présentes dans l’environnement peuvent stresser le corps et causer des problèmes physiques et mentaux, parfois très sévères. Si c’est possible, essayez de réduire votre exposition aux polluants tels que les vapeurs provenant des meubles et des moquettes, les nettoyants ménagers, les bruits agressifs, la peinture, le monoxyde de carbone, la pollution extérieure, et les lumières fluorescentes. Envisagez une élimination soigneuse des plombages dentaires au mercure. Pour certaines personnes, décrocher des médicaments psychotropes peut rendre encore plus sensibles aux toxines pendant un certain temps.

• Portez une attention particulière aux autres médicaments que vous prenez pour des diagnostics physiques. Certains, comme le corticostéroïde Cortancyl, peuvent eux-mêmes causer de l’anxiété, des altérations du sommeil, et une psychose.

• Les hormones jouent un rôle important dans la stabilité émotionnelle. Si votre cycle menstruel est irrégulier ou que vous avez de fortes variations hormonales, demandez l’aide d’un(e) praticien(ne) de la santé.

• Certains praticiens holistiques comme les homéopathes, les naturopathes, et les acupuncteurs peuvent assister les gens dans la diminution des traitements psychotropes.

Ils peuvent fournir des alternatives efficaces et non-toxiques qui peuvent aider à traiter l’anxiété, l’insomnie, et d’autres symptômes. Mais allez voir quelqu’un recommandé par une personne de confiance, car les praticiens alternatifs ne sont pas toujours d’un grand soutien. Essayez de faire les changements de mode de vie conseillés, comme un régime et de l’exercice. Si l’argent est un obstacle, persistez : certains praticiens ont des tarifs progressifs ou proposent du troc ou d’autres options. Si vous consommez des herbes, vérifiez les interactions avec les médicaments.

• Un groupe de soutien par les pairs, un thérapeute, un praticien corporel, ou un guérisseur énergétique peuvent être d’une grande aide. Accordez-vous le temps de vous installer en tant que nouveau(elle) participant(e) ou client(e).

• Pour beaucoup de gens, la spiritualité aide à supporter la souffrance. Trouvez une pratique sans jugement et qui vous accepte tel que vous êtes.

• Être au contact de la nature et entouré(e) de plantes et d’animaux peut vous aider à vous recentrer et à vous donner une perspective plus large sur la situation.

• L’art, la musique, l’artisanat, la danse, et la créativité sont de puissants moyens d’exprimer ce qui est inaccessible avec des mots, et de trouver un sens à l’épreuve traversée. Même un croquis au crayon dans un journal ou un simple collage sur le thème : “Qu’est-ce que je ressens actuellement ?” peut être très bénéfique ; écouter de la musique agréable, y compris avec des écouteurs, est une bouée de sauvetage pour beaucoup de gens.

• Considérez les réseaux de soutien en ligne comme Beyond Meds, www.benzo.org.uk, et www.theicarusproject comme ce qui s’ajoute à un soutien direct, mais si possible, pas comme ce qui le remplace.

Like a Star @ heaven Sevrage psychotropes - Neptune

L’interruption étape par étape
Réduire la posologie avec le maximum de sécurité

Les considérations suivantes sont générales, et aucun modèle unique n’est valable pour tout le monde :
• En général, il vaut mieux aller doucement et diminuer graduellement. Bien que certaines personnes soient capables d’arrêter rapidement ou d’un coup, se sevrer brusquement des médicaments psychotropes peut déclencher de dangereux effets de sevrage, y compris des crises d’épilepsie et des psychoses. En règle générale, plus on a utilisé un médicament longtemps, plus on aura besoin de temps pour l’arrêter. Certaines personnes mettent des années pour réussir à décrocher.

• Commencez par un seul médicament. Choisissez en premier lieu celui qui vous procure les pires effets négatifs, le médicament qui vous semble être le moins utile, celui qui a des chances d’être le plus facile à arrêter, ou bien le médicament auquel vous êtes le plus attaché(e).

• Établissez un plan.
Certaines personnes peuvent aller plus lentement ou plus vite, mais une réduction de 10 % ou moins de la dose initiale tous les 2-3 semaines, ou plus, serait une bonne ligne directrice. Continuez jusqu’à ce que vous ayez atteint la moitié de la dose initiale, puis diminuez par dose de 10% de la nouvelle quantité.
Faites un tableau indiquant quelle quantité de chaque médicament vous devez prendre. Procurez-vous des pilules de taille différente, un coupe-pilule (attention, certaines certaines pilules ne doivent pas être coupées), ou un verre gradué. Par exemple, si vous avez commencé avec 400 mg. par jour, vous pourriez d’abord réduire la dose de 10% (40 mg.), à 360mg. Après 2 semaines ou plus, si les sensations sont tolérables, une autre réduction de 40 mg. vous ramènerait à 320 mg., puis 280 mg., 240 mg., et ainsi de suite. À 200 mg. si vous constates qu’une nouvelle baisse de 40 mg. serait trop difficile, vous pouvez réduire de 10% de 200 mg. (20 mg.) et ainsi descendre à 180 mg. etc. Il ne s’agit ici que d’indications générales, les gens fonctionnent de manière très différente. Demandez de l’aide à un pharmacien.

• Si vous prenez des médicaments depuis très longtemps, il est préférable de commencer par une diminution encore plus petite et maintenir cette dose pendant un moment. Il faut être souple – interrompre complètement n’est peut-être pas la bonne solution pour vous.

• Bien que la réduction progressive soit généralement préférable, certains effets secondaires sont tellement graves, comme le syndrome malin des neuroleptiques ou les irruptions cutanées dues au Lamictal, qu’un sevrage brusque est considéré comme médicalement nécessaire. Il est nécessaire de se tenir informé(e) des tests de laboratoire et de parler de ce qui se passe avec son  médecin.

• Après votre première diminution, surveillez les moindres effets avec soin. Restez en contact étroit avec votre médecin, un(e) ami(e), un groupe de soutien, ou un(e) conseiller(e). Vous pouvez tenir un journal de vos symptômes, avec l’aide éventuelle de quelqu’un. Rappellez-vous que si les symptômes empirent directement après la diminution du médicament, il s’agit probablement des effets du sevrage et cela va peut-être passer.

• Tout particulièrement avec les antidépresseurs et les benzodiazépines, il est parfois possible de faciliter le sevrage en les remplaçant par une dose équivalente d’un médicament similaire avec une “demi-vie” plus longue – retrait plus graduel de l’organisme. Accordez-vous du temps, 2 semaines ou plus, pour vous ajuster au nouveau médicament, voire plus de temps si vous avez des difficultés à permuter.

• Si vous avez besoin de doses très minimes ou irrégulières, utilisez des préparations pharmaceutiques, ou préfèrez une forme liquide avec un verre gradué ou une seringue pour contrôler le dosage. Demandez de l’aide à votre pharmacien, certaines marques pourraient être de puissances différentes sous forme liquide.

• Si vous prenez des antiparkinsoniens ou d’autres médicaments pour les effets secondaires, continuez d’en prendre jusqu’à ce que vous ayez considérablement réduit les antipsychotiques, ensuite, vous pouvez commencer à diminuer progressivement le médicament contre les effets secondaires.

• Si vous prenez des médicaments classiques en plus des médicaments psychotropes, les dosages et les effets pourraient interagir. Soyez particulièrement prudent(e) et lent(e), et demandez de bons avis médicaux.

• Si vous prenez un médicament “si besoin” (“prn”), et non pas en dosage régulier, essayez de moins vous appuyer sur lui, mais gardez-le comme une option pour aider au sevrage d’autres médicaments. Par la suite, arrêtez progressivement d’utiliser ce médicament également. Prévoyez de l’avoir à votre disposition dans l’avenir comme solution de secours, par exemple pour dormir.

• Lorsqu’ils sont pris régulièrement, les benzodiazépines sont hautement addictifs et parfois ils s’avèrent être les plus difficiles à arrêter, en particulier sur la fin. Il serait peut être bon de s’en occuper en dernier.(1)

• Il est très courant que des gens commencent le processus de diminution et réalisent ensuite qu’ils vont un peu trop vite. Si le sevrage est insupportable, trop difficile, ou s’éternise trop, ré-augmentez la dose. Attendez deux semaines ou plus et essayez encore. Si vous rencontrez toujours des difficultés, ré-augmentez la dose et diminuez ensuite plus lentement, ou bien maintenez simplement le dosage auquel vous êtes parvenu(e).

• Si vous vous retrouvez en crise, considérez-le comme une étape dans un processus plus large d’apprentissage et de découvertes, et non comme un échec. Si possible, contentez-vous du minimum de traitement nécessaire afin de retrouver une stabilité, plutôt que de tout recommencer depuis le début. Gardez à l’esprit que votre adversaire pourrait être le sevrage des médicaments en lui-même, non pas les émotions ou les états extrêmes sous-jacents, ni même la combinaison des deux.

• Souvenez-vous qu’il peut être difficile de décrocher complètement, il faut donc accepter cette possibilité et être souple vis à vis de ses objectifs. Utilisez d’autres moyens pour améliorer votre vie et votre bien-être, et essayez à nouveau quand le moment viendra.

Que vais-je ressentir ?

_________________
Thérèse

Mode d'emploi du forum
Quoi de neuf aujourd'hui?
MANUEL des aides au sevrage - guide phytothérapie - plantes adaptogènes - le sevrage naturel- utiliser les plantes en synergie - cortisol - mélatonine- vit.B- oméga3- orotates - oligoéléments- médicaments qui pompent
Le manuel de sevrage / Le suivi / Les erreurs / Coup de gueule
PROTOCOLE de SEVRAGE * REGLES de sevrage * % et paliers - un OUBLI de sa dose
Sevrage des antidépresseurs

http://soutienbenzo.forumgratuit.org/t1776-atelier-plan-de-sevrage-ou-conseils-pratiques#171743
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 35322
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

médecine orthomoléculaire

Message par admin therese le Mer 19 Oct 2016 - 9:47

http://www.biomaca.fr/medecine_orthomoleculaire_psychiatrie.php

La psychiatrie orthomoléculaire



La médecine orthomoléculaire - La psychiatrie orthomoléculaire


Dossier psychiatrie orthomoléculaire : Ce dossier traite les différents aspects de la psychiatrie orthomoléculaire

La psychiatrie orthomoléculaire
Le traitement de la maladie mentale en utilisant les principes orthomoléculaires est aussi vieille que la discipline elle-même, le biochimiste et psychiatre Abram Hoffer a commencé à traiter ses patients schizophrènes avec de la niacine et d'autres vitamines dans les années 1950, le docteur Carl Pfeiffer a continué son travail, il traite non seulement les patients schizophrènes, mais aussi les bipolaires, Pfeiffer et ses collègues ont affirmé que la plupart de ces patients avaient des niveaux anormaux de métaux dans le sang ainsi que des niveaux élevés de basophiles, un type de globule blanc qui augmente avec les réactions allergiques, et des niveaux élevés d'histamine, composés qui déclenchent des réactions inflammatoires à des agents étrangers comme les allergènes.

Les deux derniers résultats ont conduit Pfeiffer et d'autres psychiatres orthomoléculaires à croire que de nombreuses maladies mentales sont causées par les allergies alimentaires et peuvent être traités en identifiant et en supprimant l'aliment en question, qui est généralement un des produits laitiers, du blé ou de viande, les autres causes potentielles comprennent la toxicité des métaux lourds, prétendument en raison de plombages dentaires métalliques, ainsi que l'hypoglycémie.

Les psychiatres orthomoléculaires ont également diagnostiqué des patients psychiatriques dans des conditions non reconnues par la communauté médicale, il s'agit notamment de l'histadella, qui est le nom de niveaux élevés d'histamine et de basophiles, le docteur Pfeiffer affirme que l'histadella cause la dépression, et il a traité des patients atteint de ce trouble en utilisant des doses massives de vitamine B6 et de la méthionine, un acide aminé essentiel, la pyroluria est un trouble plus large qui peut causer des troubles allant de l'alcoolisme à l'autisme, il s'agit d'un déséquilibre biochimique provoqué par une anomalie dans la façon dont le corps produit de l'hémoglobine, une protéine qui maintient les taux de fer dans les globules rouges, les praticiens affirment que la pyroluria conduit à une carence en zinc et en vitamine B6, il faut donc des suppléments de ces nutriments dans le traitement.

Le sevrage des patients psychiatriques complètement de leurs médicaments traditionnels est le but des psychiatres orthomoléculaires, beaucoup d'entre eux citent la loi de Pfeiffer qui stipule que pour chaque médicament il y a une substance naturelle qui peut produire le même effet, cependant, la plupart des praticiens affirment que les traitements orthomoléculaires peuvent être utilisés en conjonction avec les médicaments conventionnels, soutenant que, une fois le déséquilibre biochimique est corrigé, les patients seront probablement en mesure de réduire ou d'arrêter complètement leurs médicaments.

_________________
Thérèse

Mode d'emploi du forum
Quoi de neuf aujourd'hui?
MANUEL des aides au sevrage - guide phytothérapie - plantes adaptogènes - le sevrage naturel- utiliser les plantes en synergie - cortisol - mélatonine- vit.B- oméga3- orotates - oligoéléments- médicaments qui pompent
Le manuel de sevrage / Le suivi / Les erreurs / Coup de gueule
PROTOCOLE de SEVRAGE * REGLES de sevrage * % et paliers - un OUBLI de sa dose
Sevrage des antidépresseurs

http://soutienbenzo.forumgratuit.org/t1776-atelier-plan-de-sevrage-ou-conseils-pratiques#171743
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 35322
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Message par esperance le Jeu 20 Oct 2016 - 21:37

Merci Thérèse, très intéressant
Bises

_________________
http://soutienbenzo.forumgratuit.org/t1712p600-esperance-sevrage-temesta-effexor#152716

https://www.dropbox.com/home/Relaxations

Sevrée du lysanxia depuis le 24/06/2017
avatar
esperance
Modérateur

Messages : 5954
Date d'inscription : 29/07/2013
Age : 60

http://unpeudecielbleu.xooit.be/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guide Pour Décrocher Des Médicaments Psychotropes En Réduisant Les Effets Nocifs et médecine orthomoléculaire

Message par esperance le Ven 21 Oct 2016 - 12:47

Bonjour, je me suis penchée sur le sujet, j'envisage de remonter ma prise de vitamine B6.
Merci encore Thérèse
Bise

https://www.depression.fr/46/depression-et-vitamines.html

http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=1056
Le traitement nutritionnel de l'anxiété commence par l'alimentation

Avant tout, il faut s'assurer que le sujet s'alimente suffisamment. La restriction alimentaire et l'insécurité concernant l'apport en aliments augmentent l'anxiété chez l'animal1 comme chez l'homme2.

Mis à part le fait qu'il nous faut manger suffisamment pour être bien dans notre peau, nous avons besoin de bien choisir le type d'aliments. Les aliments riches en protéines, comme la volaille, les œufs, le poisson et la viande, sont particulièrement à conseiller, car sources d'un acide aminé, le tryptophane, qui calme l'anxiété, en particulier en cas de crises de panique.

Une diminution de 41 à 25 % du contenu en graisse de l'alimentation peut induire une anxiété et une nervosité persistantes, ce qui peut être évité avec des aliments relativement riches en graisse3. Cependant, ne consommez pas des graisses brûlées par la cuisson, car celles-ci peuvent être rendues cancérigènes, par la haute température de cuisson, souvent au-delà de 170 °C.

Les sucreries, les sodas, l'alcool et les boissons riches en caféine doivent être évités car ils diminuent le taux des hormones, comme l'hormone de croissance et la testostérone, qui atténuent fortement l'anxiété, ou celui du cortisol qui calme le stress.

Mesurer l'angoisse dans le sang : le taux de lactate

L'anxiété clinique peut être associée à un rapport lactate sur pyruvate et un niveau de lactate élevés4. Une acidification du corps par le lactate induit donc de l'anxiété. Les aliments sucrés élèvent ce rapport. Le glucose (sucre) par exemple est converti dans le corps en pyruvate, qui est lui-même transformé en lactate5. La consommation d'alcool, de boissons riches en caféine et de sodas augmente aussi ce rapport6. Tous ces aliments ou boissons, après un premier effet rassurant, immédiat mais de courte durée, augmentent l'anxiété dans les heures qui suivent leur ingestion et devraient être évités par les personnes anxieuses.

La prévention et le traitement micronutritionnels de l'anxiété

Micronutriments et niveaux de lactate
Le rapport du lactate au pyruvate et donc l'angoisse peuvent être réduits par la prise de magnésium, de vitamine B1 ou de vitamine B3.

Les minéraux

Le magnésium
Un déficit en magnésium augmente les niveaux d'anxiété chez la souris et chez l'homme.
On observe chez l'homme7, 8, en particulier, que des conditions typiquement liées à un manque de magnésium, comme le syndrome d'hyperventilation9 ou de spasmophilie10, 11, sont associées à une anxiété élevée. On retrouve un état augmenté d'angoisse également chez l'animal : des souris recevant une nourriture pauvre en magnésium (10 % des besoins journaliers) pendant plusieurs semaines ont montré un comportement bien plus anxieux lors d'épreuves de placement dans des lieux fortement éclairés suivi d'obscurité12.

La prise de magnésium réduit l'anxiété chez l'homme.
Le magnésium est utilisé pour traiter les troubles de l'anxiété depuis au moins 50 ans. Son efficacité est modérée mais significative. Lorsque, par exemple, des patients souffrant d'anxiété légère ou modérée reçoivent du magnésium incorporé dans une préparation d'extraits de plantes pendant trois mois, l'anxiété diminue significativement plus que chez des sujets sous placebo13. De même, 200 mg de magnésium et 50 mg de vitamine B6 pendant un mois peuvent diminuer l'anxiété du syndrome prémenstruel chez les femmes14.
Le magnésium diminue l'anxiété chez le rat.
Chez les rats, une lésion cérébrale due à des coups induit une anxiété importante qui se traduit par une chute brutale de l'activité locomotrice. Le rat reste confiné dans une petite partie de la cage. La simple prise de sulfate de magnésium par les animaux calme considérablement cette anxiété15.

Comment le magnésium réduit-il l'anxiété ?
Le magnésium calme les signes physiques qui peuvent accompagner l'anxiété, comme les crampes musculaires, la tétanie et la nervosité. Il est également le principal minéral capable de contrôler le syndrome d'hyperventilation et la spasmophilie. Dans l'hyperventilation et la tétanie, on observe un faible niveau de magnésium ; il provoque une déficience relative en hormone parathyroïde, qui est une hormone profondément calmante.

Traitement de l'anxiété par le magnésium :
• en cas d'anxiété favorisée par une déficience en magnésium : 200 à 800 mg de magnésium élémentaire par jour ;
• attention : à doses élevées de 300 à 400 mg par jour, le magnésium peut causer de la diarrhée.

Le calcium
Un taux bas en calcium est retrouvé chez certaines personnes atteintes d'anxiété généralisée.
Des taux faibles en calcium sont retrouvés chez des personnes souffrant d'anxiété généralisée, incapables de se détendre, qui sont sans cesse en train de s'inquiéter et d'appréhender le futur. La simple correction du déficit en calcium (hypocalcémie) par une supplémentation en calcium et, le cas échéant, un traitement aux hormones sexuelles réduisent radicalement l'anxiété16.
Traitement de l'anxiété par le calcium.

Anxiété induite par une déficience en calcium :
• 1 000 à 1 500 mg par jour ;
• consommer les sources alimentaires les plus riches en calcium, comme le poisson (les sardines avec les arêtes), des fruits et certains légumes17 ;
• corriger toute cause physique du manque en calcium, telles que l'hyperparathyroïdie et/ou une déficience en vitamine D.

SéléniumLe sélénium
Une déficience en sélénium affecte le cerveau.
Lors d'une déficience en sélénium, le cerveau reçoit en priorité le sélénium, par rapport aux autres organes. La déficience en sélénium entraîne une diminution du renouvellement de certains neurotransmetteurs. Chez des personnes âgées, les taux faibles en sélénium sont associés à la sénilité et à un déclin cognitif accéléré18.
Une déficience sévère en sélénium peut être associée à l'anxiété.
Une déficience sévère en sélénium s'accompagne d'un tempérament anxieux, parfois confus et hostile.
La prise de sélénium peut réduire l'anxiété.
Une étude britannique a montré que la prise de 100 mcg de sélénium par jour abaisse les niveaux d'anxiété chez les personnes déficientes en sélénium19.
Traitement de l'anxiété par le sélénium.
Anxiété induite par une déficience en sélénium :
• 100 à 200 mcg de sélénium par jour ;

• consommer beaucoup d'aliments riches en sélénium, tels des noix du Brésil, des rognons, du foie, des fruits de mer ou du poisson comme la morue.
Précautions : le sélénium peut être toxique à des doses excédant 450 mcg par jour. Les symptômes de toxicité du sélénium sont la perte de cheveux, les ongles abîmés, l'haleine fétide, les lésions cutanées, les dents tachetées, les nausées et les vomissements.

Les vitamines B

Forte prévalence de déficiences en vitamines B, en particulier de B1 et B6, chez des patients souffrant d'agoraphobie.
L'agoraphobie est la peur des lieux vastes, ouverts et surpeuplés, en particulier si ces lieux présentent des difficultés pour s'échapper ou obtenir de l'aide. Les personnes qui souffrent d'agoraphobie sont souvent prises de crises de panique. Ce trouble affecte deux fois plus de femmes que d'hommes. Les patients atteints d'agoraphobie sont souvent déficients en vitamines B. Plus de 50 % des patients agoraphobes ont une carence en vitamine B1 ou B2 et 17 à 25 % d'entre eux ont des déficiences en vitamines B3, B9 et B1220.
Agoraphobie
La prise de préparations contenant des vitamines B réduit l'agoraphobie.
La prise pendant trois mois de fortes doses de préparations contenant des vitamines B par des patients souffrant d'agoraphobie améliore clairement l'état de la majorité d'entre eux. Près de 50 % d'entre eux voient leurs crises de panique disparaître et 35 % présentent des améliorations marquées, sans pour cela être totalement libérés de toute peur excessive.

La vitamine B1 (thiamine)
La vitamine B1 est une coenzyme du pyruvate déshydrogénase qui convertit le pyruvate en acétyl-CoA, prévenant de cette façon sa transformation en lactate qui augmenterait l'anxiété.
Une déficience en vitamine B1 augmente les niveaux d'anxiété.
Une restriction modérée et prolongée de vitamine B1 lors d'un régime alimentaire pour le reste normal provoque de l'anxiété, de l'agitation, de l'instabilité émotionnelle et même des maladies psychosomatiques21.
Traitement de l'anxiété par la vitamine B1 :
• 50 à 100 mg par jour.

La vitamine B3 (niacine)
La vitamine B3 est une partie du nicotinamide adénine dinucléotide (NAD) qui convertit le lactate (associé à l'anxiété) en pyruvate, diminuant également de cette manière l'angoisse.
La vitamine B3 réduit l'anxiété chez l'animal.
Chez l'animal, la vitamine B3 relâche les muscles et induit le sommeil, par un sentiment de détente semblable à l'effet des benzodiazépines. La vitamine B3 diminue aussi l'agressivité et les conflits22.
Traitement de l'anxiété par la vitamine B3 :
• anxiété légère : 50 à 200 mg par jour (4 mois) ;
• anxiété plus sévère, problèmes psychiatriques : deux prises de 500 mg par jour.
RougeurPrécautions : à des doses aussi faibles que 100 mg de niacine ou d'acide nicotinique, une rougeur au visage peut apparaître, d'une durée de 20 minutes, due à la dilatation de vaisseaux par l'action directe de prostaglandines vasodilatatrices agissant sur les muscles lisses de la paroi de ces vaisseaux. La réaction survient rarement lors d'un premier épisode de schizophrénie. La rougeur est moins importante chez l'homme et les personnes âgées. Le nicotinamide, un agent anti-inflammatoire plus puissant, ne provoque normalement pas de rougeur contrairement à la niacine, plus cardioprotectrice. Le rougissement du visage est moins marqué lorsque l'on utilise des formes à libération prolongée. Des lésions hépatiques transitoires ont été rapportées, de façon exceptionnelle, pour des doses égales ou supérieures à 800 mg. Pour éviter tout rougissement, nous vous conseillons d'augmenter lentement les doses, en commençant avec 50 mg à 100 mg par prise, répétées plusieurs fois par jour.

La vitamine B6
La vitamine B6 réduit l'anxiété chez des patients atteints d'hyperventilation.
Près de 70 % des patients qui souffrent d'agoraphobie et de crises d'hyperventilation (minimum deux crises par semaine dans les six derniers mois) voient disparaître leurs crises en prenant pendant trois semaines une combinaison de 125 mg de vitamine B6, trois fois par jour, et de 2 g par jour de L-tryptophane.
Traitement de l'anxiété par la vitamine B6 :
• anxiété simple : 50 mg par jour de vitamine B6 ;
• crise d'anxiété ou d'hyperventilation : 125 mg de vitamine B6 trois fois par jour et 2 g de tryptophane par jour.

Les acides gras oméga-3

LinLes acides gras oméga-3 polyinsaturés réduisent l'agoraphobie.
Deux à trois mois de prise de deux à six cuillères à soupe par jour d'huile de lin apportant 0,2 à 1 g par jour d'acide alpha-linoléique23 permettent de réduire de réduire l'agoraphobie chez les trois quarts des patients.
Comment les acides gras polyinsaturés réduisent l'anxiété.
Les acides gras oméga-3 polyinsaturés sont des précurseurs sur lesquels la niacine et d'autres vitamines liées à des enzymes agissent pour former les prostaglandines de série 3. Les acides gras polyinsaturés de type oméga-3, tels que l'EPA et le DHA, abaissent le niveau d'anxiété en diminuant les niveaux sériques de noradrénaline. Une préparation contenant 762 mg d'un mélange de ces deux acides gras fait chuter en deux mois le taux de noradrénaline en moyenne de 30 %24.
Traitement de l'anxiété, de l'agoraphobie par les acides gras polyinsaturés oméga-3 :
• prendre 750 à 2 500 mg par jour d'huile de poisson (constituée par un mélange de DHA et d'EPA) ou une à deux cuillères à soupe par jour d'huile de lin.

Le L-tryptophane

Une diminution du taux de L-tryptophane est associée à l'anxiété.
Un taux bas en L-tryptophane dû à une alimentation pauvre en L-tryptophane pendant 24 heures accroît l'anxiété, en particulier, jusqu'à amener des crises de panique, surtout lors de situations stressantes, comme celle de parler en public25.
Chez des patients avec un trouble de panique de type DSM-III-R (le DSM est une classification officielle des troubles psychiatriques), le tryptophane chute de plus de 80 % lors de la prise d'une boisson sans tryptophane. La réduction du tryptophane n'influence pas l'anxiété au repos. Chez les personnes qui vivent seules, une baisse du taux de tryptophane fait naître l'angoisse et déclenche des crises de panique. En apportant du gaz sous forme de 5 % de CO2, neuf personnes sur vingt qui vivent seules et chez qui l'on induit un état de carence en tryptophane font des crises de panique, contre seulement deux chez celles qui reçoivent du tryptophane. Chez les volontaires normaux, le gaz ne crée pas de panique26.
L'anxiété des femmes lors des premiers jours suivant l'accouchement est partiellement due à une faible disponibilité du tryptophane, dont le catabolisme est accru pendant cette période. On observe un niveau relativement plus élevé de kynurénine plasmatique, un catabolite du tryptophane, et du rapport kynurénine sur tryptophane, reflétant une utilisation et une efficacité accrues du tryptophane. Ce rapport est bien moins prononcé chez les femmes qui souffrent après l'accouchement d'anxiété et de dépression27.
La diminution du tryptophane renverse même l'effet anxiolytique des antidépresseurs qui augmentent le taux de sérotonine chez les patients souffrant de phobie sociale (ayant peur des autres). Cette anxiété augmente particulièrement lors de stress, comme celui de parler en public28.
Le L-tryptophane réduit l'anxiété.
Une supplémentation en L-tryptophane diminue l'anxiété et la sévérité des crises de panique, en particulier, lorsqu'elle est associée à 30 mg de vitamine B6. À doses excessives, le L-tryptophane provoque de la somnolence.
Dans une étude en double aveugle, la prise pendant une semaine d'aliments protéinés riches en tryptophane associés à des hydrates de carbone a amélioré toutes les mesures objectives d'anxiété par rapport à la prise d'hydrates de carbone seuls. En fait, seulement 10 % des patients qui souffrent de crises de panique ont des crises, contre 45 % lorsqu'ils sont privés de tryptophane29. Une alimentation riche en tryptophane diminue aussi considérablement les symptômes d'anxiété des patients atteints du syndrome de l'intestin irritable, un état de douleur et de maldigestion intestinale qui engendre beaucoup d'angoisse.
Mécanismes des effets antianxiété du tryptophane.
Le L-tryptophane est un précurseur de la sérotonine qui a une action antidépressive. Le tryptophane stimule la sécrétion au cours du sommeil de l'hormone de croissance, une hormone qui réduit fortement l'anxiété. Le L-tryptophane augmente aussi la sécrétion de mélatonine, une autre hormone qui réduit l'anxiété et les ruminations angoissées.
Traitement de l'anxiété par le tryptophane :
Pycnogénol• 5 à 10 g par jour, sans ou avec 30 à 100 mg de vitamine B6 ;
• consommer davantage d'aliments à base de protéines, comme la viande rouge, les œufs, le poisson ou la volaille, sources riches en tryptophane. Les bananes, les mangues, les dattes et des graines, comme les graines de sésame, de tournesol, de citrouille, les cacahuètes contiennent aussi du tryptophane.

Le pycnogénol

Le pycnogénol, extrait d'écorce de pin des Landes, est un puissant antioxydant.
Un traitement avec du pycnogénol réduit l'angoisse chez des patients avec un mélasma.
Chez des patients atteints de mélasma (larges taches brunes sur le visage), le pycnogénol réduit la zone atteinte mais également la fatigue, la dépression et les scores d'anxiété.
Traitement de patients souffrant de mélasma et se plaignant d'anxiété :
• 25 mg de pycnogénol trois fois par jour pendant au moins 30 jours.

Retrouvez les produits relatifs à cet article sur le site www.supersmart.com



Merci Sylvie

_________________
http://soutienbenzo.forumgratuit.org/t1712p600-esperance-sevrage-temesta-effexor#152716

https://www.dropbox.com/home/Relaxations

Sevrée du lysanxia depuis le 24/06/2017
avatar
esperance
Modérateur

Messages : 5954
Date d'inscription : 29/07/2013
Age : 60

http://unpeudecielbleu.xooit.be/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guide Pour Décrocher Des Médicaments Psychotropes En Réduisant Les Effets Nocifs et médecine orthomoléculaire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum