Sevrage des benzodiazépines, antidépresseurs et somnifères - Forum de soutien et d'entraide
Bienvenue sur le forum d'aide de SoutienBenzo.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Troubles de l'attention , hyperactivité - anxiété - le neurofeedback

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Troubles de l'attention , hyperactivité - anxiété - le neurofeedback

Message par admin therese le Dim 15 Fév 2015 - 8:45

http://www.santenatureinnovation.com/troubles-de-lattention-hyperactivite/

Ouvrir le lien ..

Autres thérapies à essayer avant de donner des médicaments contre l’hyperactivité à votre enfant

   Diminuez fortement ou éliminez de son alimentation le sucre et en particulier le fructose ;
   Evitez de lui donner de la nourriture industrielle, en particulier celle qui contient des colorants, des arômes artificiels, et des conservateurs. Cela inclut les plats préparés et les charcuteries, y compris les saucisses type Knacki ;
   Remplacer les boissons gazeuses, jus de fruit et lait par de l’eau ou des tisanes sans sucre. C’est très important car ces boissons sont l’une des principales sources de fructose dans l’alimentation des enfants aujourd’hui ;
   Assurez-vous que votre enfant reçoit d’importants et réguliers apports de bactéries saines, issues de nourritures fermentées biologiques ou des probiotiques de haute qualité ;
   Donnez à votre enfant beaucoup d’aliments riches en oméga-3, donc de l’huile de colza, des poissons gras et assurez-vous qu’il a un bon équilibre oméga-3/oméga-6 ;
   Mettez autant de légumes bios que possible dans son régime alimentaire, à la fois pour réduire son exposition aux polluants et pour augmenter ses apports en nutriments essentiels (vitamines et minéraux) ;
   Réduisez la part de céréales dans son alimentation, surtout de blé. Même le blé entier peut avoir des effets néfastes sur l’équilibre mental, parce qu’il contient de grandes quantités d’agglutinine de germe de blé (AGB) qui ont une action neurotoxique. Le blé inhibe aussi la production de sérotonine, un neuro-transmetteur qui agit sur l’humeur, et dont l’essentiel de la production a lieu dans vos intestins, pas dans votre cerveau. Essayez d’abord d’éliminer le blé pendant une à deux semaines puis observez si vous remarquez une amélioration radicale du comportement de votre enfant.
   Evitez les édulcorants artificiels de toutes sortes ;
   Faites faire à votre enfant autant d’exercices et d’activités de plein-air que possible ;
   Faites lui prendre le soleil pour maintenir un taux optimal de vitamine D. Les scientifiques sont actuellement en train de s’apercevoir que la vitamine D joue un rôle dans le cerveau, car ils ont récemment découvert la présence de récepteurs de la vitamine D dans la moelle épinière et le système nerveux central. La vitamine D pourrait contribuer au processus de détoxification du cerveau. Si une exposition suffisante au soleil n’est pas possible dans votre région, donnez-lui des compléments de vitamine D3 ;
   Aidez votre enfant à analyser et canaliser ses émotions. Des exercices de relaxation sont nécessaires mais vous pouvez contribuer à son calme intérieur en adoptant une attitude positive avec lui. Le Dr Smith pense que les parents devraient dire à leurs enfants des choses positives au moins deux fois plus souvent qu’ils ne leur donnent des ordres ou ne leur posent des questions. Si vous criez et grondez plus souvent que vous ne lui parlez de façon bienveillante, cela peut contribuer à entretenir son excitation.
   Limitez son exposition aux métaux et produits chimiques toxiques en remplaçant les produits d’hygiène, les détergents et les nettoyants d’intérieurs par des produits naturels. Des métaux comme l’aluminium, le cadmium, le plomb et le mercure sont courants dans des milliers de produits alimentaires, objets et produits domestiques, et produits industriels. La présence de ces métaux toxiques dans le corps de votre enfant peut interférer avec d’innombrables phénomènes physiologiques, avec bien sûr des conséquences possibles sur son humeur et son comportement.

Pour en savoir plus à ce sujet, je vous invite à regarder l’interview du Dr Smith sur le site du Dr Mercola, mais encore une fois, elle est intégralement en anglais… non sous-titré… (5)

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Pour en savoir plus, cliquez ici : http://www.santenatureinnovation.com/troubles-de-lattention-hyperactivite/#ixzz3RnWdU1KD


Dernière édition par admin therese le Mar 31 Jan 2017 - 8:52, édité 2 fois
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 37060
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troubles de l'attention , hyperactivité - anxiété - le neurofeedback

Message par esperance le Lun 16 Fév 2015 - 19:16

Merci Thérèse pour ces précisions, je n'ai jamais pour ma part été pour la prise de ritaline.
Ce sont les médecins les malades pas les enfants!
bise
Sylvie
avatar
esperance
Modérateur

Messages : 6199
Date d'inscription : 29/07/2013
Age : 60

http://unpeudecielbleu.xooit.be/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Le neurofeedback

Message par admin therese le Dim 22 Fév 2015 - 7:43

http://www.adnf.org/
Le neurofeedback ou biofeedback EEG est une technologie qui a vu le jour dans les années soixante aux Etats-Unis. En voici une rapide présentation (très simplifiée) :

En posant des capteurs sur la tête, il est possible de lire les signaux électriques émis par le cerveau. Ces signaux sont caractéristiques de l'état mental dans lequel on se trouve. Par exemple en état de relaxation les yeux fermés, la fréquence dominante des signaux émis par le cerveau sera généralement entre 8 et 13 Hz (signaux "alpha").

Si l'on informe le cerveau de la dynamique des signaux qu'il émet, il peut apprendre à les corriger spontanément grâce à un logiciel très sophistiqué et ainsi parvenir à émettre des signaux stables et équilibrés, adaptés aux besoins du moment. Cela peut aider à retrouver un fonctionnement harmonieux et optimum et rendre ainsi la vie beaucoup plus agréable. (Voir ici le détail d'une séance.)

Il n'est pas nécessaire d'avoir des problèmes neurologiques, psychologiques, ou psychosomatiques pour bénéficier du neurofeedback même si plus l'aspect fonctionnel de ces problèmes est prononcé, plus les résultats pourront être convaincants.

Chaque fois que le cerveau est impliqué dans un problème fonctionnel, le neurofeedback peut aider à y remédier car il constitue un entraînement à produire et à maintenir la "Réponse de relaxation" étudiée par le Dr Herbert Benson et son équipe à l'Ecole Médicale de Harvard. (Voir ici le principe de fonctionnement du neurofeedback pratiqué à l'ADNF.)

Voici une liste non limitative des problèmes dont traite couramment la littérature américaine sur le neurofeedback et auquel chacun de nous peut être confronté directement ou indirectement : anxiété et stress, spasmophilie, dépression, phobie, migraine, insomnie, traumatisme psychologique, irritabilité, agressivité, douleur chronique, fatigue chronique, perte de mémoire, tics, déficit d'attention et hyperactivité (TDAH), trouble obsessionnel compulsif (TOC), épilepsie, alcoolisme, toxicomanie, allergie et asthme, anorexie et boulimie, bégaiement, bruxisme, acouphènes, trichotillomanie, syndrome d'Asperger, schizophrénie, etc*.

Ouvrir le lien ...
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 37060
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Témoignages

Message par admin therese le Dim 22 Fév 2015 - 7:46



Ils parlent du neurofeedback (ou biofeedback EEG)

Professionnels de la santé
"D'après mon expérience avec le neurofeedback et le trouble du déficit de l'attention, beaucoup d'enfants parviennent à améliorer leur capacité de lecture et à diminuer leur besoin médicamenteux*. Le neurofeedback aide aussi à réduire leur impulsivité et leur agressivité. C'est un outil performant en partie parce que le patient participe au traitement en prenant plus le contrôle de ses propres processus physiologiques."

Daniel Amen, Neuroscientifique clinique, Psychologue pour enfant et adolescent


"Pour les maladies chroniques telles que l'épilepsie, la dépression, l'hyperactivité, les troubles de l'alimentation, les blessures au cerveau et autres maux, c'est-à-dire le type de maladies contre lesquelles la médecine conventionnelle n'excelle guère, le neurofeedback est sous maints aspects plus utile que les médicaments, avec beaucoup moins d'effets secondaires."

Jamie Deckoff-Jones, Médecin


"Le neurofeedback est un de ces outils très accessibles, et c'est un bon outil. Comme tous les outils, il ne marche pas pour tout le monde mais il est bénéfique à la plupart des gens. Il accélère la disparition des symptômes et le développement d'une saine autorégulation, c'est-à-dire qu'il aide le corps du patient à s'auto-ajuster."

Thomas Brod, Psychiatre


A la suite d'une étude d'une année portant sur 100 enfants atteints de troubles du déficit de l'attention (TDA) :

"Tous ceux qui ont suivi des séances de neurofeedback ont pu réduire leur posologie au moins de moitié* tout en conservant les bénéfices de leur traitement. Et environ 40% ont pu cesser de prendre leurs médicaments*."

Vincent J. Monastra, Docteur, Directeur de clinique


"En 38 ans de pratique, je n'ai jamais vu aucun traitement qui parvienne à produire les résultats obtenus par le neurofeedback… J'ai vu des résultats atteints en quelques jours ou quelques semaines qui prenaient auparavant des mois ou des années en utilisant les meilleures techniques disponibles."

Jack Woodward, Psychiatre


"Le neurofeedback améliore l'épilepsie, la dépression, le manque de confiance en soi ou les blessures à la tête congénitales et la 'folie' qui les accompagne souvent… Les patients rapportent qu'ils dorment mieux et se sentent mieux, ils n'ont plus de crises, ils se contrôlent mieux et ils sont plus performants. C'est efficace pour les blessures à la tête. C'est efficace pour les maladies neurologiques chroniques sans blessure mais avec disfonctionnement cérébral. Nous avons eu de bons résultats avec la sclérose multiple, l'encéphalopathie toxique (un empoisonnement chimique dégradant le fonctionnement neurologique par exemple), avec les douleurs chroniques, les migraines et la fibromyalgie."

Jonathan Walker, Neurologue


"Mon expérience habituelle est que quel que soit le traitement psycho actif, on peut s'attendre à ce que le client puisse réduire la posologie d'au moins 50%* tout en en retirant un meilleur effet et plus de bien être. Si le neurofeedback est pratiqué suffisamment longtemps et au moins deux fois par semaine, il arrive souvent que les clients n'aient plus besoin de leur traitement*."

Steve Ebright, Neuropsychologue


"Dans l'ensemble, les résultats [de la recherche pour le traitement d'enfants atteints du trouble du déficit de l'attention et hyperactivité - TDA/H] préconisent l'utilisation de traitements multimodaux comprenant des médicaments, une assistance psychologique des parents/de l'école, et le neurofeedback pour le contrôle à long terme du TDA/H. Le neurofeedback en particulier fournit un effet durable même en l'absence de traitement médicamenteux stimulant… Les parents intéressés par un traitement qui ne soit ni médicamenteux ni psychologique peuvent poursuivre l'utilisation de thérapies complémentaires et alternatives. La thérapie la plus prometteuse selon les essais cliniques récents se révèle être celle du neurofeedback."

Katie Campbell Daley, Docteur à l'hôpital pour enfants de Boston et à l'Ecole Médicale de Harvard


"Le neurofeedback répond aux critères de l'Académie Américaine de Psychiatrie des Enfants et des Adolescents comme recommandation clinique pour le traitement du trouble du déficit de l'attention et hyperactivité (TDA/H), de l'épilepsie, de l'anxiété (Trouble Obsessionnel Compulsif - TOC, Syndrome de Stress Post-Traumatique, phobies), de la dépression, des difficultés de lecture, et de la dépendance à l'alcool ou aux drogues. Cela suggère que le neurofeedback devrait toujours être envisagé par les cliniciens comme méthode d'intervention pour ces troubles."

Les rédacteurs de la revue Child and Adolescent Psychiatric Clinics of North America


"Ces dernières années, de nombreux professionnels de la médecine ont écrit des livres rapportant les bénéfices du biofeedback face à différents troubles. En outre, de nombreux psychiatres et neurologues ont intégré le neurofeedback dans leur pratique. Malgré cela, les médecins et les professionnels de la santé encouragent rarement à poursuivre des séances de neurofeedback. Leur scepticisme provient de leur manque d'information, d'expérience et d'expertise en neurofeedback, plutôt que d'un problème d'efficacité de celui-ci."

Barry Belt, Psychologue


"La littérature scientifique […] suggère que le neurofeedback devrait jouer un rôle majeur dans de nombreux domaines difficiles. A mon avis, si n'importe quel médicament avait fait la preuve d'une efficacité aussi étendue, il serait universellement accepté et largement utilisé… C'est un domaine à prendre au sérieux par tous."

Frank H. Duffy, Neurologue, Professeur à l'Ecole de Médecine de Harvard,
Directeur du département d'imagerie cérébrale de l'hôpital pour enfants de Boston


"Puisque pratiquement tout le monde à la capacité d'apprendre, la plupart des gens bénéficient du neurofeedback à leur mesure. La plupart des études montrent que 70 à 80 % des patients font d'énormes progrès. Lors de ces études, tous sont traités de la même façon. Du fait que les difficultés cérébrales de chacun sont différentes, nous avons un avantage en situation clinique car nous pouvons adapter le traitement aux besoins de la personne. Cela assure habituellement un meilleur taux de réussite."

Lilian Marcus, Docteur


"Nous avons réalisé des études décisives indiquant en fin de compte que le neurofeedback fonctionne de façon importante. Le neurofeedback est encore considéré comme une médecine alternative, mais certaines personnes refusent totalement la médecine conventionnelle. Un très grand nombre de gens a vraiment hâte d'utiliser cette méthode."

Eran Zaidel, Professeur de neuroscience comportementale et cognitive
à l'Institut de Recherche sur le Cerveau de l'Université de Los Angeles


* Toujours en accord avec le médecin traitant.


Remarque sémantique : les professions médicales ci-dessus qui pratiquent le neurofeedback parlent de traitement et de patient bien que le neurofeedback ne soit pas en soi un traitement médical. Lorsque le praticien de neurofeedback n'est pas médecin, il utilise habituellement les termes d'exercice ou d'entraînement et de client. En tant qu'association mettant son équipement de neurofeedback à la disposition de ses membres, l'ADNF emploie les termes d'exercice ou d'entraînement et d'utilisateur.


Entraînement de haut niveau

"Le neurofeedback est l'avenir des sports de compétition. Cela ma aidé à me concentrer et à rester détendu malgré la pression."

Richard Faulds, médaille d'Or aux jeux olympiques de Sydney (2000)


"Je pense que toutes les compétitions nécessitent de la concentration. Des échecs aux compétitions de mémorisation et du golf au ball-trap, les champions de demain devront aiguiser leur esprit par le neurofeedback. Le sportif qui ignore cette technologie révolutionnaire sera dépassé."

Dominic O'Brien, World Memory Champion


"Plusieurs athlètes ne jurent que par [le neurofeedback] et disent que cela améliore leur performance. Parmi eux, la championne de tennis Mary Pierce et le skieur médaille d'or olympique Hermann Maier, sans parler des divers joueurs de l'équipe de football italienne vainqueur de la coupe du monde 2006. Le but du neurofeedback qui devient de plus en plus populaire pour les professionnels comme pour les amateurs est d'entraîner le cerveau de telle sorte qu'un athlète puisse rester concentré en compétition. […] sur tout le territoire américain, des athlètes ont discrètement entraîné leur cerveau [par le neurofeedback]. Presque aucun n'en parlera. J'ai demandé pourquoi au principal fabricant d'équipements. «Ils ne veulent pas que leurs concurrents sachent qu'ils le font» m'a répondu Larry Klein, le cofondateur de Thought Technology à Montréal. «Car ils s'y mettraient aussi et annuleraient leur avantage»."

D.T. Max, Journaliste à Men's Vogue


avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 37060
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Troubles de l'attention , hyperactivité - anxiété - le neurofeedback

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum