Sevrage des benzodiazépines, antidépresseurs et somnifères - Forum de soutien et d'entraide
Bienvenue sur le forum d'aide de SoutienBenzo.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

MAIS POURQUOI DIABLE UN PAPE A-T-IL PRIS DE LA PAPAYE FERMENTÉE ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MAIS POURQUOI DIABLE UN PAPE A-T-IL PRIS DE LA PAPAYE FERMENTÉE ?

Message par admin therese le Jeu 16 Oct 2014 - 7:52

Alexandre Imbert


Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


MAIS POURQUOI DIABLE UN PAPE
A-T-IL PRIS DE LA PAPAYE FERMENTÉE ?
(et pourquoi il est bon de le savoir face à la menace Ebola)
Depuis l'affaire de la "papaye papale" (comprenez le traitement qu'a pris Jean-Paul II à l'invitation du Pr Montagnier en 2002), la papaye fermentée traîne une réputation disons… peu catholique. L'affirmation, corroborée par de nombreux médecins et scientifiques, selon laquelle cette poudre fermentée ralentit l'évolution de la maladie de Parkinson et nous protège de plusieurs maux, surtout des virus, est régulièrement taxée de "charlatanisme".

De la papaye pourrie pour soigner un Parkinson ?
Vous imaginez… de la papaye pourrie pour soigner une maladie aussi complexe qu'un Parkinson, une dégénérescence contre laquelle la médecine ne peut rien ou presque ?

Vous imaginez… une poudre blanche sucrée pour vous protéger d'Ebola ? Je n'invente rien car à en croire le Pr Montagnier, l'homme par qui tout est arrivé, virologue (découvreur du virus du sida), Nobel, c'est la meilleure solution du moment en l'absence d'antiviraux spécifiques et de vaccin.

A première vue tout cela est risible ! Oui, mais j'espère vous apporter ici des éléments suffisamment sérieux pour ne pas, bêtement, passer à côté d'une solution qui peut améliorer la vie de nombreux malades à défaut de nous protéger de l'Ebola (ce qui reste à vérifier).

Un remède miracle ???
Il faut bien admettre que l'utilisation commerciale hâtive et souvent artisanale qui a suivi cet épisode papal n'est pas rassurante, y compris pour ceux qui comme vous et moi privilégient les solutions naturelles.

Sur la base des travaux de recherche menés, il faut bien le dire, par un seul laboratoire - Osato (qui commercialise le produit donné au Pape) - toutes sortes de marques d'extrait de papaye fermentée (ou de produits à base de) ont conquis le marché. Avec souvent des argumentaires téléphonés (le pape, Montagnier toujours) accolés à des poudres d'origines incertaines vendues à des prix qui vont aujourd'hui du simple au triple…

Pourtant, pour choisir sa papaye fermentée, il suffit de poser les bonnes garanties. Nous allons voir lesquelles.

La papaye "Urbi et Orbi" !
Souvenons-nous : au printemps 2005, Jean-Paul II, Parkinsonien le plus célèbre de la planète n'en finit plus d'agonir sous les caméras du monde entier. Le spectacle est pathétique. Cette agonie met fin à des années de lutte acharnée contre la maladie.
Le Pape avait enchaîné les problèmes de santé depuis l'attentat dont il avait été victime : immunodépression (due au pénible cytomégalovirus probablement contracté via une transfusion), cancer du côlon (qui lui avait valu l'ablation d'une partie des intestins), problèmes articulaires, de fractures de l'épaule puis de la hanche suite à une chute dans sa baignoire (sort que connaissent de nombreux profanes), pose d'une prothèse et vieillissement accéléré avec pour conséquence... un Parkinson.

Encore un effort de mémoire : Jean-Paul II allait déjà très mal début 2002, au point qu'on le disait mourant. Quelques mois plus tard, dans l'été, lors du rassemblement de la jeunesse à Toronto, il était apparu dans une forme qu'on ne lui avait pas vue depuis longtemps. A la surprise générale, du jour au lendemain le Pape parlait distinctement, ne tremblait plus ! Et cette forme a duré deux ans.

Le vrai traitement donné au Pape
Un miracle ? Un sursaut ? La rage de vivre qui animait cet ancien athlète, sa force autant physique, spirituelle que politique (n'a-t-il pas fait tomber le Mur de Berlin ?) ne permettent pas d'écarter cette possibilité. Mais tout porte aussi à penser que le traitement que Montagnier avait remis la même année au Pape lors d'une audience privée y a fortement contribué.
Si le Vatican n'a jamais communiqué sur l'affaire, des journalistes italiens proches de son entourage ont confirmé que Jean-Paul II avait non seulement pris ce traitement mais qu'il continuait à le prendre avant sa mort.

Que contenait le petit sac violet tendu à un Pape recroquevillé dans sa chaire ? Deux produits et non un (ce que personne n'a dit) pour deux mois de traitement : de l'extrait de papaye fermentée d'Osato et du glutathion (mais les journalistes n'ont pas retenu ce nom compliqué) produit par une firme de biotechnologie new-yorkaise, Thyogen. Deux remèdes qui vont très bien ensemble (on va le voir).
Deux remèdes que Montagnier avait déjà testés sur des malades du sida et de Parkinson et sur lesquels il avait constaté des améliorations. Il savait donc ces produits non toxiques et utiles.

On comprend mieux pourquoi le médecin papal d'un jour a été submergé de lettres de Parkinsoniens venant de toute l'Europe. Dans son livre "Les combats de la vie" paru en 2008, il revient sur l'affaire : " Soit je me taisais et faisais valoir la confidentialité, soit je m’expliquais. Je choisis cette dernière option, estimant qu’il n’était pas éthique de me taire : dans la mesure où ce traitement pouvait améliorer l’état de santé du Pape, il fallait faire partager ce bénéfice à tous ceux qui en avaient besoin. "

Les experts ont condamné,
des milliers de gens ont acheté quand même
Que n'a-t-on pas dit, vu, lu ou entendu dans la presse ou dans la bouche des experts (des autorités sanitaires) à propos de la "papaye papale" ou "papayamobile" ? Les uns ont crié au mercantilisme, les autres ont nié tout fondement scientifique à la démarche !

Dès 2002 les Italiens se sont rués sur le produit, puis les pharmacies françaises, s'y sont mises, harcelées qu'elles étaient de demandes de Parkinsoniens.

Affolement à la Direction des Fraudes, branle-bas de combat à l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Quelques mois plus tard, en 2004, le produit est retoqué au motif "d'allégations non fondées". Comme d'habitude sans l'amorce d'un débat scientifique. Montagnier juge l'avis de l'Afssa "emberlificoté", il n'a pas tort car celle-ci reconnaît que "quelques résultats obtenus via des études in vitro ou in vivo montrent des effets antioxydants et immunostimulants" tout en affirmant qu'ils sont "difficilement interprétables"…

Mais la menace a porté : les pharmaciens ont reculé. Quelques mois… Car très vite la valeur d'usage l'a emporté tandis que les preuves scientifiques ont continué de s'accumuler : des milliers de personnes se sont mises à consommer de la papaye fermentée et c'est toujours le cas.
Ce ne sont pas des milliers d'idiots.

Beaucoup de témoignages
pour toutes sortes de maux…
Que la papaye soit une sorte d'élixir de jouvence, un remontant et un produit de beauté naturel, ça, les Anciens le savaient.
"La papaye est l'arbre de la jeunesse éternelle", disait Vasco de Gama. En Amérique du Sud, le "fruit des anges" entre dans de nombreux remèdes populaires. Comme en Asie où sa forme fermentée est utilisée depuis des siècles. Aux Philippines, on mange depuis longtemps le fruit presque pourri pour bien vieillir. Comme au Japon où la papaye est prisée sous la forme lacto-fermentée.

Mais l'observation la plus intéressante ne remonte qu'à une quinzaine d'années, quand les Japonais qui recouraient à l'extrait de papaye pour toutes ces raisons ont constaté d'autres bienfaits, inattendus…

Ce que les Japonais ont découvert par hasard
L'invention de l'extrait de papaye fermenté est partie d'une observation : on avait constaté qu'aux Philippines, les gens qui consommaient ce fruit fermenté vivaient plus vieux. C'est ainsi que la préparation, bardée de propriétés antioxydantes validées en laboratoire, s'est diffusée au Japon dès la fin des années 90 en tant que complément alimentaire "anti-âge".

Quadras et quinquagénaires japonais ont plébiscité l'extrait après avoir observé qu'il leur donnait un meilleur tonus et une peau plus souple, élastique. On a parlé de "cosmétique qui se mange", on a dit que la famille impériale en faisait usage et dans ce pays qui nous a habitués aux pratiques insolites, des femmes appliquaient l'extrait dilué dans un peu d'eau directement sur leur peau…

Et puis très vite ont afflué les témoignages de personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson), chronique,s inflammatoires (bronchite, hépatite, gastrite), de cancer, de diabète… Tous ces témoignages de malades rapportaient un mieux, un regain d'énergie, de forme.

Et c'est bien ce qui a poussé des scientifiques aussi prestigieux que l'Américain Lester Packer (spécialiste du stress oxydatif et des antioxydants), l'hématologue israélien Eliezer Rachmilewitz ou le Pr Tsunataro Kishida de l'Institut Pasteur de Tokyo à approfondir les recherches. Et à découvrir, finalement, qu'aux propriétés purement antioxydantes de la papaye fermentée s'ajoutaient des effets immunostimulants qui conféraient à ce produit un spectre d'action aussi surprenant qu'inattendu.

Comment la papaye ralentit les processus de vieillissement...
Tous les essais cliniques (randomisés en double aveugle), toutes les études (elles se comptent en dizaines) menées à l'époque et depuis, notamment aux Etats-Unis, toutes les observations recueillies chez les utilisateurs, vont dans le même sens.
L'extrait de papaye est aussi utile devant la fatigue physique et psychologique liée à un trop plein d'activité, des problèmes de sommeil, un stress, des comportements néfastes (alcool, tabac) que pour contrer les processus dégénératifs liés à l'âge et à la pollution.

Grâce au processus de fermentation lactique et à la richesse nutritionnelle du fruit Carica papaya, la poudre obtenue est une "bombe" antioxydante au pouvoir inégalé. Elle ne le doit pas à son pouvoir intrinsèque (pas de valeur ORAC) mais à sa capacité d'induire et de stimuler nos défenses antioxydantes endogènes en stimulant la production de nos deux enzymes majeures : le glutathion et la superoxyde dismutase (SOD).
Multiplié par 5 par rapport au jus frais, ce pouvoir antiradicalaire indirect de l'extrait est 20 fois plus actif que celui de la vitamine E prise isolément.

Cet antioxydant d'exception neutralise donc les radicaux libres, inhibe l'oxydation des lipides et retarde certaines pathologies liées aux radicaux libres. Ainsi :

il retarde le vieillissement,
il diminue l'impact de la pollution environnementale,
il ralentit l'évolution des maladies dégénératives : Parkinson (son utilité chez les patients résistant au traitement L-Dopa a été démontrée), Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Charcot… et de toutes les affections liées à un stress oxydant (il protège par exemple les lipides des membranes cellulaires, notamment chez les sujets atteints d'hépatite B ou de diabète insulinodépendant ou améliore l'état de thalassémie, anémie de type héréditaire).
... Et remonte nos défenses : antioxydantes et antivirales
Outre cette capacité à moduler dans l'organisme l'équilibre oxydant/antioxydant, l'extrait de papaye stimule et module le système immunitaire en activant la production de tous nos "petits soldats" : cellules macrophages, lymphocytes T et B, cellules "tueuses naturelles" (NK), interféron.

Cette double activité, qui a fait l'objet d'une énorme documentation scientifique (résumée dans le livre "Vivre longtemps en bonne santé" du Dr Mantello et du Pr Montagnier), en fait un complément efficace pour tout problème de santé mêlant fort stress oxydant et immunodépression. Du plus évident au plus complexe :

infections respiratoires à répétition,
fatigue et affaiblissement dus à une chimiothérapie intensive,
inflammations artérielles liées à la pose de stents dans les coronaires,
maladies auto-immunes,
sida, cancer, diabète.
C'est dans la même veine un complément puissant pour contrer toute attaque infectieuse, qu'elle soit bactérienne ou virale.

Il n'existe pas qu'un seul extrait de papaye !
L'épisode papal a fait les beaux jours du laboratoire Osato, qui s'est vite imposé comme le fournisseur officiel et mondial d'extrait de papaye, booster de forme et de beauté, avec le concours de personnalités telles que Sharon Stone aux Etats-Unis ou plus près de nous Claudia Cardinale, Jean Alesi ou l'équipe du Milan AC.

Et au motif que ces données scientifiques ne valent que pour ses produits fabriqués selon le procédé FPP, le labo a longtemps fait la guerre aux concurrents qui ont exploité le filon, y voyant une démarche "peu scrupuleuse" et des "copies".

D'un point de vue purement juridique, cela se défend : les nombreuses publications scientifiques de la marque ne peuvent être exploitées à des fins commerciales par ses concurrents.

D'un point de vue technique, cependant, rien ne nous interdit de penser que toute papaye ayant subie un processus de fermentation dans les règles présente des propriétés équivalentes à peu de choses près de celles d'Osato.

C'est ça, la papaye fermentée : du sucre ?
Je me souviens du jour (c'était quelques mois avant la mort du Pape), où Luc Montagnier m'a tendu un sachet d'extrait de papaye à la fin d'un entretien poussé sur le sujet. Et de ma déception une fois que j'ai eu la poudre en bouche !

Je ne m'attendais à rien de précis mais cet extrait, dont le Prof venait de m'expliquer les formidables propriétés me faisait l'effet d'avaler une pincée de sucre. Je me suis abstenu de tout commentaire mais je n'en pensais pas moins.

Vu le prix du sachet (1,50 euros déjà à l'époque), à chaque fois que je prends ce produit (je m'en sers pour enrayer un rhume l'hiver), je ne peux m'empêcher de penser que j'avale une sorte de bonbon super cher sans rien dedans, comme ces poudres à 10 ct vendues dans les bureaux de tabac dont raffolent les enfants (mais ces dernières, au moins, piquent la langue de façon rigolote).

C'est que l'extrait fermenté, s'il renferme des protéines, des acides aminés et des vitamines contient surtout beaucoup de sucre… Osato ou pas.

Un produit fermenté très différent des autres
Cette banalité affligeante ne joue pas en faveur de l'extrait de papaye fermentée. Bon, un Pape est passé par là, et la renommée de la papaye joue aussi. Mais précisons quand même les choses tant la confusion persiste : on ne trouve dans l'extrait ni les grands principes actifs du fruit comme la papaïne dans l'extrait, ni les probiotiques classiquement issus de la fermentation.

La papaïne et la chymopapaïne, enzymes formidables que l'on utilise en rhumatologie (on en a fait un médicament pour traiter les hernies discales), pour le confort digestif ou dans les régimes amincissants, ont disparu.

En réalité l'extrait de papaye n'a pas les qualités d'un produit de fermentation qu'il n'est pas vraiment (c'est un produit brut obtenu après fermentation) et son mode d'action antioxydant et immunomodulant (indirect on l'a vu) passe par d'autres nutriments, surtout des acides aminés à travers des processus biochimiques subtils et très complexes.

L'extrait Osato est obtenu par fermentation alcoolique de longue durée (9 mois selon le fabricant) de pulpe de papaye. Le produit brut obtenu subit ensuite une dessiccation complète et le produit final consiste en une poudre blanche qui ne contient plus d'enzymes et plus de fibres mais qui se compose (pour 100 g ) de :
- 97 g de glucides (rajoutés, majoritairement oligosides),
- 0,3 g de protéines (une quinzaine d'acides aminés),
- 3 vitamines : B6, B9 et niacine,
- 6 minéraux : calcium, magnésium, potassium, fer, cuivre et zinc.

Il existe d'autres extraits de qualité, à des prix raisonnables
La fermentation est un processus à la fois complexe (qui impose des précautions de microbiologie) et simple (le temps fait son œuvre) dont Osato n'a pas le monopole. Osato affirme utiliser un procédé spécifique secret (en appliquant des normes ISO) mais la composition de base de son produit ne diffère pas fondamentalement de celle d'un autre extrait fermenté réalisé selon les règles même si la poudre finale varie ; et chacun d'ajouter pour la rendre agréable et mangeable telle dose de maltodextrine, de dextrose et éventuellement d'arôme (voire de probiotique : il existe un extrait enrichi de la sorte).

Notons qu'en matière de sucre la "papaye papale" n'est pas la plus légère, ce qui fait que son taux de concentration ne dépasse pas les 10% de papaye fermentée pure (sur un sachet de 3 g) que revendiquent d'autres laboratoires.

Au final, le Fermented Papaya Preparation (FPP) d'Osato est incontestablement un excellent produit mais il se trouve que c'est aussi, et de loin, le plus cher (il faut bien financer les études scientifiques). Son prix prohibitif le rend peu accessible à une bourse modeste, surtout pour de longues cures.

Vous pouvez vous payer de l'extrait Osato, tant mieux, je vous le recommande. Vous ne pouvez pas ? Il y a d'autres solutions. Les paysans philippins dont s'est inspiré Osato ne respectent pas les normes ISO, que je sache !

Alors quelles garanties exiger ?
Il n'y a rien de plus difficile à identifier qu'une poudre blanchâtre ou légèrement orangé (ou de comprimés du même tonneau) sans autre goût que celui du sucre. Rien de plus facile à copier et à vous vendre, surtout si un éminent scientifique vous dit que c'est bon.

D'où la nécessité de ne pas aller systématiquement vers le produit le moins cher possible (compte tenu de l'origine lointaine du produit et de son processus de fermentation, coûteux) et de vous assurer :

que la papaye utilisée pour l'extrait n'est pas OGM (attention cette espèce pullule dans certaines régions d'Asie comme la Thaïlande), que sa culture est exempte de pesticides, d'engrais et qu'elle n'a pas subi d'irradiation.
que les graines (toxiques) ont été éliminées dans le processus.
que la formulation finale ne contient rien d'autre que de la papaye fermentée et des excipients (cités plus haut). Il se peut qu'il y ait aussi un arôme d'origine végétale et un enrichissement en vitamines A, C et E. Cela ne gâte rien, à condition que leur origine soit naturelle et plutôt d'origine végétale,
que la poudre une fois le sachet ouvert ne dégage pas une odeur forte, ce qui trahit immanquablement un défaut de fabrication (le goût en revanche peut être âcre, c'est le goût naturel avant rajout de sucre).
Quelques marques apportent ces garanties et peu importe qu'elles s'approvisionnent auprès de grandes exploitations à Hawaï ou aux Philippines ou chez de petits agriculteurs en Inde (comme ici avec l'une des meilleures concentrations du marché, à 10%, et un prix raisonnable).
http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/papaye-fermentee/site_partenaire:0a61410828

Quelle forme, quelle dose,
comment et pour quel usage ?
Rien ne vaut l'extrait sous forme de poudre en sachet de 30 g ou la forme comprimé éventuellement. En revanche je ne vous conseille pas les gélules car pour pouvoir déployer toutes ses propriétés, l'extrait ne doit pas être avalé (ou croqué) immédiatement : il faut mettre en effet ses glandes salivaires à contribution afin que les enzymes salivaires puissent "catalyser" les composants, surtout les acides aminés. C'est aussi pour cette raison qu'il est déconseillé de boire après, pendant au moins 10 mn.

La posologie est la suivante :

Pour un effet anti-âge (prévention du stress oxydant et du vieillissement accéléré de la peau) : 1 sachet par jour, le matin à jeûn (ou 3 cp pour des cp dosés à 100 mg de papaye fermentée pure). Cures de 2 à 3 mois 2 à 3 fois par an (selon l'âge et l'environnement).
Pour la prévention des maux d'hiver (toux, rhume, mal de gorge, grippe) : prendre 1 sachet par jour (pendant 2 à 3 mois).
Pour une affection hivernale en cure d'attaque : 2 à 3 sachets par jour (jusqu'à disparition) puis pendant 2 ou 3 jours.
Pour un stress oxydant installé (forte pollution, stress, tabac, alcool mais aussi sport intensif, régimes alimentaires) : 1 à 3 sachets par jour jusqu'à diminution de la fatigue et sentiment de bien-être.
Dans le cadre de pathologies telles que cataracte, diabète, rhumatismes, maladie cardiovasculaire, tumeur, Alzheimer, Parkinson, en complémentation :
2 sachets par jour, voire (en fonction de la gravité) jusqu'à 3 ou 4.
3 sachets par jour après une chimiothérapie pendant 1 semaine puis 2 sachets durant au moins 3 mois.

Du glutathion en renfort ?
Je vous le conseille vivement : ce que l'on appelle le "glutathion réduit" renforce notre taux de glutathion (élément-clé de nos défenses antioxydantes, j'en ai déjà parlé dans un précédent article)
http://www.alternativesante.fr/glutathion/le-seul-antioxydant-dont-on-ne-nous-parle-jamais/
, combat l'oxydation lipidique et régénère la vitamine C oxydée qui retrouve ainsi sa forme active. Pour cela il doit être accompagné de sélénium et de vitamine C : le glutathion "Ultrathione" de la firme US Thyogen/Global Cell Signaling offre la meilleure formulation à ce jour mais il est quasi impossible de s'en procurer en France. A chacun donc de gérer au mieux cet apport glutathion-sélénium-vitamine C.

Le glutathion est même tout indiqué pour les plus malades qui souhaitent améliorer durablement leur état général.

Voici à ce propos "l'ordonnance" qu'avait donné Montagnier au médecin du Pape : 3 sachets de 300 mg d'extraits de papaye fermentée par jour, 3 capsules de 500 mg de glutathion.
C'est exactement ce que je prendrai quand l'Ebola sera là (voir mon PS).

Prenez soin de vous

P.S. : Papaye contre Ebola : le dernier coup d'un Nobel farfelu ?...
Montagnier a ses marottes et on peut toujours en rire. Mais à la différence de la plupart des scientifiques qui le stigmatisent (sur la mémoire de l'eau par exemple ou l'antibiothérapie pour l'autisme) ce Nobel virologue ne reste pas enfermé dans la recherche fondamentale : c'est aussi un clinicien de terrain qui mouille sa chemise dans des essais cliniques en Afrique et ailleurs (en tant que Président de la Fondation Mondiale Recherche et Prévention Sida).
Les antioxydants et immunostimulants qu'il préconise, comme l'extrait de papaye ou le glutathion, il les éprouve au contact des malades, en accompagnement par exemple des thérapies du sida. L'immunodéficience, il connaît…
En tant que virologue de terrain il a toujours dit que la première et la seule façon de se prémunir des épidémies et des virus passe par :

Une excellente hygiène, pour réduire tout risque de contact avec le virus,
une alimentation riche en fruits et légumes, pour éviter toute carence nuisible à nos défenses,
la prise d'antioxydants puissants de type glutathion ou SOD, pour remonter nos défenses antioxydantes endogènes (qui reposent sur ces deux piliers) et réduire le stress oxydatif qui nous affaiblit par ailleurs,
La prise d'immunostimulants pour mettre nos défenses immunitaires en ordre de bataille.
La papaye fermentée vantée par Montagnier n'est pas le seul immunostimulant existant (le trio de champignons japonais maïtaké- shitaké-reishi est très fort), mais celui-ci a la particularité de remonter aussi les défenses antioxydantes, et c'est le seul qui a été autant étudié. Je sais qu'il en prend en cures régulières et plus qu'à l'accoutumée quand il a un début de rhume ou qu'il voyage dans des zones à fort risque épidémique. Et cette efficacité antivirale que chacun peut expérimenter face aux virus du rhume (rhinovirus) s'applique selon lui à tous les virus : VIH, H5N1 (il l'avait déjà dit haut et fort à l'époque de la grippe aviaire) et même aux pires virus que l'on connaisse, j'ai nommé ce terrifiant trio Ebola, Marburg, Lassa. Ces virus très contagieux (au contraire de ce que l'on nous dit actuellement avec Ebola en nous montrant toujours les mêmes images de soignants en scaphandre !), tous mortels à plus de 80%, tous à l'origine de fièvres hémorragiques fatales.

Alors si notre Nobel affirme depuis quelques jours que l'extrait de papaye est avec le glutathion le meilleur moyen de se protéger de l'épidémie d'Ebola, pourquoi continuer à l'ignorer ? Faute de mieux, les autorités de santé feraient bien de tester ce genre de solution en Afrique de l'Ouest, ou en Ouganda où un cas de Marburg vient aussi d'être déclaré !!!

Dominique Vialard
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn

ALTERNATIVE Santé N°17 a été mis à jour (deux articles)

Alexandre Imbert
Alternative Santé n°15




Dossier :

HÉPATITES : est-ce si grave, Docteur ?,
Les hépatites de A à Z,
Un diagnostic avant tout biologique,
Prévenir et traiter le processus infectieux,
Des traitements alternatifs de première intention.



Conseils Santé :
Quatre super-aliments

au banc d'essai.
Mangez-vous dense ?



Testé pour vous
L'approche somato-émotionnelle




Traitement
Dystonies du système neuro-végetatif,
Les mastoses
La migraine
La santé par les couleurs.



Rencontres

Catherine Lyr : l'astrologie au service de la santé,

Kiran Vyas : l'Ayurveda,

Frédéric Zenouda : entretenir sa mémoire.



MISE À JOUR
DU 16 OCTOBRE



Traitement

Comprendre et traiter l'hypertrophe bénigne de la prostate

Animaux

L'aromathérapie et le chien


Alexandre Imbert



Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé", suivez ce lien

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.

 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
- Vous n'avez pas reçu les 113 premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site alternativesante.fr

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien



 
- Pour transférer cette newsletter à vos proches et amis, c'est gratuit ! Suivez ce lien

Vous avez changé d'adresse mail, suivez ce lien.  

Pour ne plus recevoir de courriels de la part d'Alternative Santé, il vous suffit de vous rendre sur cette page.
 
 

"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris
 
Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 37060
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Entretien avec le Pr. Luc Montagnier

Message par admin therese le Jeu 16 Oct 2014 - 9:26

http://www.nature-et-forme.info/article-838821.html

http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=507

Quelles sont les principales caractéristiques et propriétés de l'extrait de papaye fermenté ?

C'est un extrait fait à partir de fruits de papaye qui sont récoltés et sélectionnés dans les pays tropicaux, notamment aux Philippines. Ces broyats de fruits sont ensuite fermentés par des levures à une certaine température et pendant plusieurs mois. A la fin, on obtient un extrait, une poudre blanche contenent évidemment beaucoup de composés qui n'ont pas tous été analysés. Mais cet extrait de papaye fermenté contient, en particulier, de petites molécules de sucre, que l'on appelle des oligo-saccharides.
Quelles sont ses principales propriétés ?

De nombreux travaux, notamment américains, démontrent que cet extrait de papaye fermenté a des propriétés antioxydantes et, également, immunostimulantes.
Les travaux ont été réalisés sur l'homme ou uniquement in vitro?

Ces travaux ont été faits d'abord in vitro. Mais il y a des résultats chez l'homme et, notamment, nous avons nous-mêmes des résultats chez des malades atteints du sida. Seul, l'extrait de papaye fermenté donné à ces malades, n'est pas très actif. Mais, lorsqu'il est ingéré après une tri-thérapie qui diminue la multiplication des virus, l'extrait de papaye fermenté fait remonter les paramètres du système immunitaire. Souvent, la tri-thérapie seule, même après plusieurs mois, ne fait pas remonter ces paramètres du système immunitaire ou le fait seulement très lentement. Le nombre de lymphocytes CD4+, remonte très lentement. Avec l'extrait de papaye fermenté, il remonte beaucoup plus rapidement. On constate également une amélioration de l'état du patient, une reprise de poids, une remontée de l'hémoglobine, enfin, des signes très favorables.
Beaucoup plus favorables que vous ne pouvez l'obtenir avec d'autres nutriments comme le sélénium, par exemple ?

Là, il faudrait faire des comparaisons, des travaux rigoureux pour comparer avec d'autres antioxydants. Cette étude a été faite en Afrique dans le centre de notre fondation (CIRBA Abidjan) dans des conditions assez difficiles.
Sur combien de patients ?

Elle a été faite sur une douzaine de patients. Bien entendu, maintenant, nous cherchons à faire des essais plus rigoureux, plus étendus et à comparer différents types d'anti-oxydants dont les effets peuvent d'ailleurs s'ajouter les uns aux autres.


Je dois dire aussi que l'extrait de papaye fermenté semble être également actif comme immunostimulant pour empêcher le démarrage de maladies beaucoup plus banales comme le rhume par exemple.
Vous avez fait des études sur ce sujet ?

Non, ce sont des observations personnelles, faites à partir d'informations provenant du fabricant.
L'avez-vous testé vous-même ? Si vous sentez que vous allez avoir un rhume, quelle dose prenez-vous ?

Je prends deux sachets d'extrait de papaye fermenté par voie perlinguale et ceci fait régresser les symptômes dans les heures qui suivent.
Vous les prenez pendant combien de jours ?

Je les prends simplement au début, c'est tout. On peut bien évidemment continuer à les prendre, mais l'extrait de papaye fermenté est moins actif une fois que le rhume est déclaré. C'est surtout au début de l'invasion microbienne ou virale qu'il agit.
Comment l'expliquez-vous ?

Je pense que c'est un immunostimulant notamment au niveau de l'immunité locale, au niveau de l'immunité des muqueuses. Ce produit se prend par la voie perlinguale et on peut penser qu'il a un effet sur les muqueuses bucco-pharyngées et à proximité.
Je suppose que les dosages ne sont pas les mêmes lorsqu'il s'agit de traiter un malade atteint du sida.

Un malade atteint du sida en prend davantage et pendant plusieurs mois à un dosage de l'ordre de quatre sachets par jour pris matin et soir. L'important est de les prendre le matin et le soir.
Pourquoi le matin et le soir ?

Pour permettre une absorption optimale. Il ne faut pas prendre l'extrait de papaye fermenté sur un estomac plein, il a moins d'effet dans ce cas. Sachant aussi que la première absorption se fait au niveau perlingual, il est donc préférable de le prendre avant un repas.
Quelles sont les autres applications de l'extrait de papaye fermenté sous forme de supplément nutritionnel ?

Au départ, il faut le prendre comme un complément nutritionnel. Mais je n'exclus pas que, si des essais cliniques rigoureux montrent son efficacité en complément de traitements graves, de chimiothérapies aussi bien antivirales, anti-sida ou dans le cas du cancer, l'extrait de papaye fermenté devienne un véritable médicament.
Il peut également être utile dans des cas d'hépatites ?
Il est probable qu'il a un effet anti-viral sur les hépatites, mais je n'ai pas de données personnelles à ce sujet.
Vous avez programmé d'autres études ?

Oui, bien sûr, nous allons programmer des études plus larges aussi bien dans les pays en voie de développement, en Afrique, que dans les pays européens et peut-être aux Etats-Unis, justement pour démontrer cet effet antioxydant. Nous disposons maintenant, par exemple en Belgique, d'une société qui a mis au point des tests extrêmement sensibles pour détecter l'effet antioxydant. Je pense que l'on pourra très vite redémontrer chez l'homme, dans le plasma, à partir d'une petite prise de sang, l'effet antioxydant de l'extrait de papaye fermenté.
Vous ne programmez pas d'études en France?

En France, si on m'en donne les moyens. Je me suis adressé aux nouvelles autorités et, pour le moment, nous attendons leur réponse.
En France, on ne croit pas beaucoup à l'effet des antioxydants ?

Il y beaucoup d'ignorances à ce sujet dans certains milieux scientifiques et médicaux qui pensent que la lutte contre le stress oxydatif se résume à la prise de vitamine C ou de vitamine E.

En fait, il y a maintenant toute une gamme de produits antioxydants, certains à base de plantes, d'autres à base de substances produites naturellement par l'organisme comme le glutathion, qui peut être rendu absorbable. Ces produits, encore peu diffusés en France, sont disponibles au Japon et aux Etats-Unis. Il y a aussi des enzymes comme la superoxyde dismutase, cuivre/zinc dépendante, qui est maintenant produite en France. Ces antioxydants devraient maintenant pouvoir être testés de façon rigoureuse dans des études cliniques. Et nous avons maintenant des critères très objectifs de mesures de l'effet antioxydant dans le plasma et au niveau des leucocytes.
La communauté scientifique française n'est pas encore entièrement convaincue ?

Il y a quand même tout un groupe de cliniciens et de scientifiques qui le sont. Ainsi, nous avons créé en France comme aux Etats-Unis, un club Oxygène que j'anime avec mes collaborateurs de l'Institut Pasteur. Nous avons, il y a trois ou quatre ans, organisé un congrès international sur ce thème et il y aura encore cette année à Paris un congrès similaire au mois de juillet. Il existe en France des groupes très actifs mais qui souvent s'ignorent les uns les autres. Il est dommage, par exemple, que les virologues ne s'intéressent pas à ces produits antioxydants.
N'y-a-t-il pas aussi un autre problème, celui du dosage ?

Si l'on se contente des AQR, une supplémentation n'a peut-être pas tellement d'efficacité ?
Je crois qu'il faut adapter le traitement antioxydant à chaque personne suivant son état. On s'aperçoit, lorsque l'on fait des tests, qu'il y a de grandes variabilités individuelles. Il faut adapter les antioxydants à cette variabilité. Certains sujets ont des déficits qu'il faut compenser. Mais ces déficits ne sont pas forcément les mêmes chez d'autres personnes. Il y a tout un choix de produits, pour l'instant essentiellement des nutraceutiques, pour restaurer un état redox convenable et réduire le stress oxydatif. Ces produits antioxydants peuvent avoir non seulement des effets à court terme, dans des cas aigus comme ceux que j'ai cités, mais aussi à long terme. Je crois que l'on peut prévenir le vieillissement et que l'on peut prévenir également l'apparition de maladies nerveuses dégénératives comme la maladie de Parkinson par un traitement antioxydant qui va justement compenser le déficit de la personne.
Est-ce que cela peut rester dans le domaine de la supplémentation ? En d'autres termes, chacun peut-il conserver le libre choix de se supplémenter?


Je pense qu'il faudrait qu'il n'y ait pas de traitements sauvages mais que, véritablement, cela passe dans le cadre de la médecine prédictive et préventive. C'est-à-dire que l'on peut faire un certain nombre de tests permettant d'évaluer l'état antioxydant ou pro-oxydant de la personne. Je peux vous dire qu'à l'heure actuelle, nous travaillons pour mettre au point des tests encore plus sensibles. C'est seulement une fois que ces tests ont été faits, plusieurs fois de suite pour voir si c'est un problème passager ou non, que l'on peut instaurer un traitement.
Mais existe-t-il une médecine prédictive en France ?

Hélas très peu, je le regrette. Je pense que c'est tout l'avenir de la médecine qui doit être orienté vers la médecine prédictive et préventive parce qu'en fait cela coûtera beaucoup moins cher à la société, ce sera meilleur pour l'individu et ce sera préférable à la médecine curative ou à la chirurgie mutilante qui sont pratiquées actuellement. Je crois qu'il vaut mieux traiter quelqu'un encore en bonne santé, plutôt que lorsqu'il est grabataire à l'hôpital.
Mais, en attendant que cette médecine prédictive soit, disons, opérationnelle, nous n'avons d'autre choix que de nous soigner seuls dans le domaine de la prévention ?

Non, je pense que, si on m'écoutait, on pourrait créer en France comme nous le faisons en Belgique à Liège, des centres d'analyses. Il y a quelques laboratoires parisiens qui font des tests sur le stress oxydatif. Mais ils sont encore peu connus et privés. Je crois qu'il faudrait avoir toute une organisation de centres où les gens puissent se faire tester. Mais cela implique une éducation de façon à inciter les sujets sains à se faire tester régulièrement dans de tels centres et à prendre conseil auprès de leur médecin alors qu'ils ne sont pas encore malades. En fait, les patients qui sont infectés par le virus du sida ont déjà cette attitude puisqu'ils sont traités sur la base de signes biologiques alors qu'ils ne sont pas encore malades. Et cela marche et les empêche de tomber dans une situation clinique d'infections difficilement traitables.
Pour en revenir à l'extrait de papaye fermenté, aura-t-il une place dans la médecine prédictive ?

Tout à fait. Je pense qu'il aura sa place.


Pour commander le produit "Fermented Papaya Preparation"
Fondation Mondiale Recherche et Prévention Sida

1 rue Miollis 75015 Paris
MONTAGNIER Luc (Pr)
Télécharger le pdf contenant cet article
Commander le nutriment évoqué dans cet article
avatar
admin therese
Administrateur

Messages : 37060
Date d'inscription : 08/06/2011
Age : 73
Localisation : PAU

http://soutienbenzo.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum